Arctique : les Etats-Unis discutent avec le Danemark, après le rachat manqué du Groenland

Publié le 07.08.2020 - Article du 22/07/2020 sur Capital

Un an après l’échec de l’offre de Donald Trump de rachat du Groenland, le chef de la diplomatie des Etats-Unis Mike Pompeo se rend au Danemark mercredi pour échanger sur la coopération dans l’Arctique, une région dans le viseur de la Chine

Un an après la passe d’armes entre Washington et Copenhague sur le Groenland, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo se rend au Danemark pour discuter coopération dans l’Arctique, face aux ambitions de la Chine. Après une première étape au Royaume-Uni mardi, le secrétaire d’Etat doit rencontrer la Première ministre danoise Mette Frederiksen puis son homologue Jeppe Kofod, qui a aussi invité les responsables des Affaires étrangères du Groenland et des îles Féroé, autre territoire autonome danois.

"Comme nous allons évoquer notre relation dans l’Arctique, mes collègues du Groenland et des Féroé doivent naturellement être assis à la table. J’attache une importance cruciale à cela", a souligné M. Kofod. Considérant les Etats-Unis "comme son allié absolument le plus proche", selon les termes du ministre, le Danemark a affiché sa ligne atlantiste depuis 20 ans en envoyant des troupes sur les théâtres d’Afghanistan et d’Irak, et en participant à l’intervention militaire en Libye.

Mais la très bonne entente a été troublée en août dernier par une offre très inattendue de rachat du Groenland, immense territoire de plus de 2 millions de kilomètres carrés au coeur de l’Arctique et atout stratégique indéniable du petit Danemark. Provocation du chantre du "Make America Great Again" en quête d’un hypothétique 51e Etat ? Ou signe du regain d’intérêt stratégique de l’Amérique pour l’Arctique, où son nouveau grand rival chinois pousse aussi ses pions ? La sortie du président américain avait peut-être exprimé un message plus complexe qu’il n’y paraît, selon des experts, alors que Washington s’était plutôt désintéressé du Groenland depuis la fin de la Guerre froide…

Lire la suite sur Capital