• Accueil
  • Ressources
  • Programmes de recherche
  • Bilan de carbone sur l’Atlantique nord, suivi en continu du CO2, O2, CH4, H20 et de la concentration isotopique de la vapeur d’eau atmosphérique à Ivittuut, Groenland

Bilan de carbone sur l’Atlantique nord, suivi en continu du CO2, O2, CH4, H20 et de la concentration isotopique de la vapeur d’eau atmosphérique à Ivittuut, Groenland

Publié le 26.11.2009  - MàJ le 25.03.2011

L’objectif principal de ce programme est double.

En premier lieu nous souhaitons mieux contraindre les bilans de carbone dans l’atlantique Nord et mieux comprendre les processus mis en jeu au niveau de l’océan. Pour ce faire nous disposons de deux instruments de suivi en continu de la composition atmosphérique, l’un dédié au CO2 et l’autre à l’oxygène (rapport O2/N2). La mesure conjointe de ces deux gaz nous apporte une information supplémentaire et originale sur la composante océanique du cycle du carbone et est directement exploitable par le travail de modélisation associé. Dans le présent projet nous proposons d’étendre le suivi en continu de la composition atmosphérique au méthane et à la vapeur d’eau via l’installation d’un instrument de nouvelle génération. Dans le contexte actuel d’un fort réchauffement des zones arctiques, de fortes rétroactions pourraient se produire, principalement engendrées par la libération d’hydrates de méthane dans les océans et/ou de la fonte du pergélisol dans cette zone.

Dans un deuxième temps, nous souhaitons profiter de l’opportunité de l’existence de la station et de l’émergence d’une toute nouvelle technique innovante pour établir la première station de suivi en continu de la composition isotopique de la vapeur d’eau au Groenland, en installant sur site un instrument de mesure en continu. La mise en place d’un tel observatoire ouvre de nouvelles perspectives scientifiques pour l’interprétation des enregistrements issus des forages polaires, mais aussi pour la validation du cycle de l’eau dans des modèles de circulation générale de l’atmosphère.

Dans les deux cas, la localisation du site sur la côte sud du Groenland revêt un intérêt majeur ; cette zone sous influence océanique est particulièrement sensible aux effets du réchauffement climatique et se trouve à la confluence des masses d’air en provenance de l’Amérique du Nord et de l’Europe. Les données issues de cette station seront exploitées conjointement avec plusieurs hiérarchies de modèles de transport atmosphérique et de modèles climatiques.

Ce programme s’inscrit dans le cadre du projet européen CarboOcean IP et du projet API n°32 POLARCAT : POLar study using Aircraft, Remote sensing, surface measurements and modelling of Climate, chemistry, Aerosols and Transport dont Kathy LAW du LATMOS est co-responsable.

Source : Fiche descriptive du programme GRAAM sur le site de l’IPEV
Laboratoires : Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement - LSCE (CNRS, CEA, UVSQ, IPSL)