Des carottes sédimentaires géantes non déformées prélevées à toutes les profondeurs par le Marion Dufresne

Publié le 28.06.2016 - Communiqué de presse du CNRS-INSU

Entièrement modernisé en 2015, le Marion Dufresne, navire océanographique opéré par l’Institut polaire français (IPEV), a prélevé à plus de 4000 mètres de profondeur le plus long échantillon jamais réalisé en carottage : une carotte sédimentaire de 60 mètres de long présentant un échantillonnage parfait. C’est durant une campagne de carottage dans l’océan Austral que le nouvel équipement du navire a pu être testé et a montré ses nouvelles capacités qui ne sont que le début d’une longue série de carottages au service de la paléoclimatologie et de la paléocéanographie. En effet, ces outils, conçus par des ingénieurs du CNRS travaillant au sein de l’IPEV, sont majeurs dans la compréhension des aléas climatiques : ils permettent d’étudier des archives sédimentaires remontant sur plusieurs cycles climatiques, dépassant parfois les 800 000 ans obtenus dans la glace, ou avec une résolution pouvant être décennale selon les environnements de prélèvement.

Le Marion Dufresne, navire spécialement conçu pour les opérations de carottage long, est équipé du carottier géant à piston appelé CALYPSO développé dès l’origine par le CNRS et l’IPEV. Le CALYPSO permet de prélever des carottes sédimentaires de très grande longueur, jusqu’à 75 mètres quand les autres types de carottiers se limitent à 35 mètres, dans des tubes surmontés d’un poids d’environ 7 tonnes. Après immersion, le CALYPSO est lâché soudainement quelques mètres au-dessus du fond. Le remplissage des tubes est assuré par la dépression d’un piston retenu de façon contrôlée à l’interface eau/sédiment. Avant sa jouvence de 2015, le Marion Dufresne était capable de déployer des tubes de 60 mètres mais, au-delà de 2 000 mètres de fond et de 40 mètres de tubes, les déformations induites par l’ancien système étaient importantes, rendant l’analyse des prélèvements difficile : les strates sédimentaires pouvaient être étirées voire déformées avec de l’eau de mer à la place du sédiment initial. Désormais, le Marion Dufresne est capable de déployer des tubes de 75 mètres de façon régulière...

Lire la suite sur le site du CNRS-INSU