Des glaciers beaucoup plus anciens que prévu au Groenland !

Publié le 14.09.2007

La découverte en milieu marin, à l’est du Groenland, de sédiments transportés par les glaces tend à prouver l’existence de glaciers dans la partie orientale de cette île à une époque où on l’en croyait dépourvue...

JPEG - 25.5 ko
Le Kongsbreen (Glacier du Roi au Spitzberg) présente un front d’une quarantaine de mètres de hauteur et vêle dans les eaux bleues du fjord, étant en retrait depuis la fin du Petit Age Glaciaire. Il s’appuie sur la Montagne de Colletthøgda, située à gauche et composée de marbres. La couleur marron correspond à des sédiments gréseux transportés par le glacier.
© CNRS Photothèque / MERCIER Denis
UMR6042 - GEODYNAMIQUE DES MILIEUX NATURELS ET ANTHROPISES (GEOLAB), CLERMONT FERRAND

Dans l’hémisphère nord, l’activité glaciaire au début du Cénozoïque [1], jusque là peu documentée, vient d’être mise en évidence par une équipe de chercheurs anglosaxons au moyen d’une étude de sédiments prélevés par forage sur le fond océanique [2], à l’est des côtes du Groenland.

La présence d’une calotte glaciaire était jusqu’alors considérée comme datant tout au plus de 15 millions d’années dans cette région. Or, cette étude démontre l’existence de sédiments transportés par les glaces (ice-rafted debris) qui dateraient en fait de la fin de l’Eocène-début de l’Oligocène (soit de -38 à -30 millions d’années) et qui seraient probablement originaires de la partie orientale du Groenland.

Les auteurs utilisent des techniques telles que la microscopie électronique à balayage afin de caractériser le mode de transport des grains de quartz. Leur texture en surface et notamment leurs striations ainsi que leurs types de cassures indiquent en effet qu’ils ont bien été transportés par la glace et non par les eaux, sachant que les échantillons de sédiments furent préalablement datés au moyen de mesures du paléomagnétisme et plus précisément de la polarité du champ géomagnétique de l’époque.

Ces résultats plaident ainsi en faveur de l’existence dans l’hémisphère nord, au cours d’une période critique de l’histoire de la Terre en terme de profond changement climatique, sinon d’un inlandsis, du moins de glaciers isolés. Ces derniers seraient plus vieux d’environ 20 millions d’années comparé à ce que l’on avait envisagé jusqu’à présent, à une époque où pour autant, température et concentrations en dioxyde de carbone atmosphérique étaient substantiellement élevés, voire plus qu’actuellement, ce qui semblait aller à l’encontre de la présence de glace en proportion importante dans cette zone.

Gilles Banzet, INIST-CNRS

[1] Ere géologique qui s’étend de -65 millions d’années à l’actuel et qui regroupe ainsi le Tertaire et le Quaternaire.

[2] Ocean Drilling Program, Leg 151, site 913, situé proche de 75° de latitude nord.

Situer cette recherche