Des roches du Groenland témoignent du processus de formation de la Terre

Publié le 13.11.2012 - Communiqué de presse de l'INSU

Des roches vieilles de 3,4 milliards d’années issues de la chaîne montagneuse d’Isua, au sud-ouest du Groenland, viennent d’apporter des informations précieuses sur la structure de la Terre à ses premiers stades d’évolution. Une équipe franco-danoise menée par des chercheurs du Laboratoire « Magmas et volcans » (CNRS / Université Blaise Pascal / IRD), vient de découvrir, dans ces roches témoins du premier milliard d’années de notre planète, un déficit en Néodyme 142, élément chimique clé dans l’étude de la formation terrestre. Ce déficit étaye l’hypothèse selon laquelle, entre 100 et 200 millions d’années après sa formation, la Terre était constituée d’un océan de magma en fusion qui s’est peu à peu refroidi. Réalisés en collaboration avec le Laboratoire de géologie de Lyon (CNRS / Université Lyon 1 / ENS de Lyon) et l’Université de Copenhague, ces travaux sont publiés le 1er novembre 2012 dans la revue Nature.

Il y a 4,58 milliards d’années, la Terre se serait formée par accrétion de matériaux du système solaire. La chaleur produite par ce processus d’accrétion, ainsi que par la décomposition d’éléments radioactifs, aurait provoqué la fonte de ces matériaux. Résultat : entre 100 et 200 millions d’années après sa formation, la Terre aurait été constituée d’un océan de magma en fusion au centre duquel se serait concentré un noyau métallique. Peu à peu, cet océan se serait refroidi. La croûte terrestre se serait alors formée, puis, la dérive des continents se serait déclenchée. Cette cristallisation du magma en fusion se serait accompagnée d’une structuration chimique de la Terre : des couches concentriques aux compositions chimiques distinctes se seraient individualisées. Ce sont les traces de ces inhomogénéités primordiales que les chercheurs ont retrouvé dans les roches d’Isua...

Lire la suite sur le site de l’INSU