Fertiliser les océans : la fin d’une utopie ?

Publié le 26.04.2007 - Communiqué de presse

Soutenue par l’Institut national des sciences de l’Univers (INSU/CNRS), avec le soutien logistique de l’Institut polaire français Paul-Émile Victor (IPEV), la campagne océanographique internationale KEOPS (1) s’est déroulée début 2005, à bord du Marion Dufresne, au voisinage des Îles Kerguelen dans l’océan Austral. Grâce à une approche originale, l’équipe de scientifiques dirigée par Stéphane Blain, chercheur au Laboratoire d’océanographie et de biogéochimie de Marseille (LOB/COM, CNRS / Université Aix-Marseille 2), a révélé que la voie biologique de capture du carbone atmosphérique par l’océan est beaucoup plus sensible à l’apport naturel de fer dans l’eau, qu’à une addition artificielle. Publié dans la revue Nature le 26 avril 2007, ce résultat met clairement en doute l’efficacité annoncée des manipulations de géo-ingénierie visant à réduire la concentration en gaz carbonique atmosphérique par fertilisation des océans via un ajout de fer...

Voir en ligne