Inukshuk

Publié le 09.01.2008

Construits depuis des centaines d’années jusqu’à nos jours par les Inuits du Grand Nord canadien, les inuksuit (pluriel de inukshuk) sont des amas de pierres qui varient considérablement en terme de forme, de taille et de fonction.

JPEG - 129.4 ko
Un inukshuk au bord de l’eau (Nunavut, Canada)
Crédit photo : andrewjohnson
Certains droits réservés : Licence Creative Commons

Le terme Inukshuk est un terme inuktitut (langue inuite). Etymologiquement, il vient de "Inuk", qui signifie homme, être humain, et de "shuk", qui signifie à l’image de. On pourrait donc le traduire littéralement par "à l’image de l’homme", au sens de "qui ressemble à un homme" ou "qui agit comme un homme".

Concrètement, les inuksuit sont des amas de pierre (certains sont faits d’une seule pierre, mais ils sont rares) qui prennent souvent la forme d’un homme. On les appelle alors "inunnguaq", c’est-à-dire "comme une personne".

Leur taille est très variable : ils peuvent être petits, voire très petits, ou atteindre plusieurs mètres.

Leurs fonctions seraient multiples, à la fois pratiques et symboliques. Certains serviraient en effet de guides aux marcheurs, aux navigateurs, aux chasseurs, ou encore aux pêcheurs, en indiquant par exemple des endroits dangereux ou très fréquentés par les caribous ; tandis que d’autres marqueraient des lieux sacrés, l’emplacement de tombes ou le lieu d’un évènement important.

Ce qui est certain, c’est qu’ils ont un sens, qu’ils sont des moyens de communication et que, dès leur construction, ils avaient pour vocation de s’adresser aux générations non seulement présentes mais aussi à venir.

Aujourd’hui, les inuksuit sont devenus de véritables symboles d’entraide, de fraternité ou même simplement du passage de l’homme.

Un inuksuk est représenté sur le drapeau du Nunavut (Canada), et un autre sert d’emblème aux jeux olympiques 2010, à Vancouver (Colombie Britannique, Canada).

En savoir plus :