La Chine parie sur la fonte des glaces arctiques pour ouvrir de nouvelles routes commerciales

Publié le 08.08.2018 - Article de Sherri Goodman et Elisabeth Freese du 11/07/2018 dans Slate

Loin des conséquences écologiques est en train de se jouer une redistribution générale des cartes dans laquelle Pékin entend bien jouer un rôle de premier plan

« Tout a fondu », comme l’a récemment expliqué le Secrétaire de la marine Richard Spencer, en parlant de la fonte des glaces dans l’Arctique, un secrétaire qui préside à l’élaboration d’une nouvelle stratégie navale américaine qui doit être dévoilée cet été. Ce que la marine américaine avait en effet présenté il y a quatre ans comme sa feuille de route pour les 16 prochaines années doit donc être révisée, partiellement en raison du recul de la calotte glaciaire, qui « ouvre de nouvelles routes commerciales, donne accès à de nouvelles ressources et redessine les cartes continentales », mais aussi parce que la Chine « se positionne dans l’Arctique » et joue un rôle de plus en plus important dans la région.

Le nouveau plan arctique chinois, publié trois mois avant la décision de la marine américaine de réajuster sa stratégie dans la région, imagine la création d’une « route polaire de la soie », pour reprendre les mots du président chinois Xi Jinping quand il évoque « l’initiative de la ceinture et la route » (plus connue sous le nom de « Nouvelle route de la soie ») au cœur de sa politique étrangère. Il s’agit de tracer une nouvelle route dans la mer Arctique non gelée, qui serait dominée par le commerce chinois, liée aux ambitions globales de Pékin.

Ambitions croissantes

La Chine est déjà puissance observatrice au sein du Conseil de l’Arctique et ses ambitions dans la région ne font que croître. Un politique qui vise à faire passer le pays du statut d’observateur à celui de puissance arctique à part entière –un titre qu’elle s’est déjà attribuée– avec des droits et des responsabilités accrues, un changement avec des conséquences sur la future stratégie américaine.

La Chine a de grands plans pour la région, avec la création de routes commerciales via la route polaire de la soie, une expansion de ses investissements directs dans les États bordant l’Arctique, et un déploiement stratégique de sa puissance scientifique. Pékin a pris conscience que les effets des changements climatiques vont être source de problèmes intérieurs dans un proche avenir. Comme le remarque un chercheur, « au cours du siècle prochain, l’érosion des côtes chinoises en raison de la fonte des glaces va forcer le déplacement de 20 millions de personnes, sans parler de la réduction de la production agricole ». Ce fait joue un rôle dans le désir de se positionner comme une puissance mondiale responsable, en assumant un rôle de chef de file en matière de climat que l’administration américaine actuelle a clairement abandonné...

Lire la suite sur MSN