La Russie est-elle en train de "nucléariser" les mers ?

Publié le 13.07.2016 - Le Huffington Post - 29/05/2016

Tout récemment, la presse se faisait l’écho de la décision prise par la Norvège d’attribuer des licences d’exploration dans l’Arctique à plusieurs compagnies pétrolières. Le territoire concerné couvre des zones jusqu’alors inexplorées dans la mer de Barents, dont certaines à proximité immédiate de la frontière maritime de la Russie.

Cette nouvelle nous rappelle que les immenses réserves inexploitées de ressources naturelles de l’océan Arctique, dont des réserves de pétrole et de gaz, suscitent les convoitises et une vigilance exacerbée des cinq états riverains que sont le Canada, le Danemark, les Etats-Unis, la Norvège, la Russie. Elle appelle aussi l’attention sur les nouvelles technologies développées par la Russie pour garantir sa présence dans ces régions reculées dont les industries sont énergivores et les éventuelles implications de leur utilisation : les centrales nucléaires flottantes (CNF). Pour assurer l’approvisionnement électrique des villes et sites miniers de sa zone arctique, la Russie s’est en effet lancée dès 2006, via le consortium russe Rosenergoatom, dans la construction de CNF à destination de régions énergétiquement limitées. C’est ainsi que le navire/centrale Akademic Lomonosov, mis à l’eau en 2010, devrait être livré en octobre 2016...

Lire la suite de l’article sur le site de l’Huffington Post