La fièvre de l’or au pays des glaces

Publié le 06.08.2007

Malgré son écrin de glace, le Groenland suscite l’intérêt des géologues pour l’or qu’il recèle dans ses roches.

JPEG - 95.6 ko
Fjord dans la région de Nuuk, Groenland
Crédit photo : Daniel Heaf
Certains droits réservés : Licence Creative Commons

Le potentiel aurifère de la région de Nuuk, dans le sud-ouest du Groenland est activement exploré par les géologues.

En effet, cette région est couverte de roches volcaniques qui ont subi une intense altération hydrothermale à l’origine de minéralisations d’or et de cuivre. Ainsi, des roches volcaniques, datées de 3.8 milliards d’années, présentent de nombreux gisements aurifères.

A partir d’affleurements connus pour contenir de l’or, les géologues collectent des données sur la nature des roches, des informations sur le champ magnétique et des caractéristiques de l’écorce terrestre. Ces informations sont ensuite reportées sur une carte de la région, et par des analyses statistiques, les géologues recherchent des zones non prospectées, présentant des caractéristiques similaires et donc à forte potentialité aurifère.

Cette nouvelle approche a permis de déterminer des régions dans lesquelles aucune prospection n’avait encore jamais été effectuée. Des vérifications sur le terrain ont permis de confirmer ces prévisions, avec des roches présentant une teneur relativement élevée en or (0.377 g/t).

Cette nouvelle méthode très prometteuse devrait prochainement permettre de découvrir de nouveaux gisements au pays des glaces, et la fièvre de l’or n’est sans doute pas prête de s’y arrêter.

Ludovic Hamiaux, INIST-CNRS

Situer cette recherche