Le glaciologue Jérome Chappellaz chargé de faire émerger pour la science une feuille de route scientifique en milieu polaire et subpolaire

Publié le 28.09.2018 - Interview de J. Chappellaz sur le site du CNRS

Vous venez de vous voir confier une mission trans-instituts sur les pôles. Quels sont aujourd’hui les enjeux scientifiques en Arctique et Antarctique ?

Les pôles concentrent de très nombreux points d’attention scientifique. Cela tient essentiellement au changement climatique global : l’amplification de ce dernier dans les régions polaires exacerbent l’évolution de ces milieux. Les scientifiques tentent donc de comprendre les mécanismes physiques, chimiques et biologiques à l’œuvre afin d’anticiper l’évolution future de ces régions et par voie de conséquence du monde.

Tous les « compartiments » du milieu sont touchés : les glaciers, la glace de mer, les océans, les sols et la végétation, la couverture neigeuse, l’atmosphère. Les grandes questions concernent par exemple l’étendue et l’épaisseur de la glace de mer, l’évolution des grandes calottes de glace et leur contribution au niveau des mers, les circulations océanique et atmosphérique, les téléconnexions (dont les impacts sur les régimes de temps en Europe par exemple), la pompe biologique dans les océans arctique et austral dont son impact sur l’évolution du CO2 dans l’atmosphère, le devenir des sols gelés et là encore la contribution possible aux émissions de gaz à effet de serre.

Cette évolution du milieu physique impacte fortement les écosystèmes. La chaîne alimentaire est affectée en particulier dans les océans, avec un stress supplémentaire associé à l’augmentation de leur acidité (à cause de l’augmentation du CO2 atmosphérique) qui peut affecter les microorganismes pourvus d’un exosquelette calcaire. Les capacités d’adaptation de la faune et de la flore soumis au stress climatique (mais aussi à la concentration de polluants anthropiques en Arctique), sont au cœur des travaux des chercheurs en écologie et environnement. L’Arctique est aussi un territoire de peuples autochtones, soumis à une nécessité inédite d’adaptation. L’évolution de la géographie arctique, avec en particulier la disparition inéluctable de la glace de mer en été, va modifier les activités et la présence humaine dans ces régions. Ce qui en fait un terrain d’étude important pour les chercheurs en sciences humaines et sociales...

Lire la suite de l’interview de Jérôme CHAPPELLAZ sur le site du CNRS