Les Engagés : Pour nous inciter à entreprendre, un Belge et ses partenaires osent des expéditions polaires hors normes

Publié le 13.03.2020 - Article de Camille Verin du 13/02/2020 sur Paris Match

« Nous ne sommes pas des sportifs de haut niveau, des anciens des forces spéciales ou des super-héros, bref nous ne sommes pas les prochains Mike Horn. Mais nous avons des rêves, pleins de rêves, probablement les mêmes que vous ». C’est en ces mots que se présentent Les Engagés, un groupe de jeunes dont un belge, partis à l’aventure pour repousser leurs limites et prouver que tous nos rêves méritent d’être réalisés à condition de s’en donner les moyens

Du Groenland au Cap Nord

C’est Thomas Thirtiaux, surnommé « le Belge de l’équipe » qui est à l’origine de cette aventure. Ce dernier souhaitait traverser le Groenland par dessus tout. En cherchant des compagnons de voyage, il fait par hasard la connaissance de Maxime (29 ans) et Valentin (28 ans). « J’ai monté une équipe d’entrepreneurs en postant simplement des messages de façon random sur un slack », raconte Thomas. « C’était ouvert à tous. J’ai rencontré Maxime et Valentin, et on a décidé de former une équipe. La traversée a duré 30 jours, en totale autonomie, et on était tellement fiers de nous qu’on a décidé de créer le groupe Les Engagés ».

Après une première traversée réussie du Groenland et l’ascension de l’Aconcagua (le plus haut sommet du monde en dehors de l’Asie), le petit groupe s’est lancé à l’aventure du Cap Nord en Norvège, soit la pointe à l’extrémité nord de l’Europe. Un voyage exceptionnel dont ils viennent tout juste de rentrer.

L’objectif ? Montrer que quand on ose s’engager en équipe, on est capable de faire de grandes choses. Ainsi, à chaque expédition son lot de challenges : le Groenland et son blanc à perte de vue, l’Aconcagua et le manque d’oxygène en très haute altitude puis le Cap Nord pour vivre l’expérience de la nuit et du froid.

« C’est une expédition qui n’avait jamais été faite. On repousse ses limites personnelles et, surtout, on fait l’expérience du noir total et complet », explique Thomas. « En ville, on a tendance à repousser l’obscurité, synonyme de danger. Ici, il s’agissait de s’immerger dans la nuit sans aucune pollution lumineuse. C’était exceptionnel ».

Oser dépasser ses limites

Faut-il pour autant être un grand sportif pour se lancer dans ces aventures ? Pour Thomas, le Groenland était sa première expérience à ski de randonnée. « Je ne suis pas du tout un sportif de base », admet-il. Dans ce type de voyage, c’est surtout l’aspect psychologique qui prime selon lui. « C’est la gestion de l’équipe le plus difficile ». Ils définissent tous les trois leurs expéditions comme un travail collectif qui réclame écoute et entente, et où l’on avance toujours à la vitesse du plus faible. « Il faut accepter de laisser son ego de côté, ne pas repousser ses limites pour prouver aux autres que l’on est le plus fort et assumer que l’on a parfois besoin d’aide », prévient Thomas...

Lire la suite et voir les photos sur Paris Match