Les Inuits craignent que les débris spatiaux ne contaminent l’environnement

Publié le 17.05.2018 - Communiqué du 25/04/2018 sur Radio-Canada (avec CBC News)

Les Inuits et les politiciens du Nunavut s’inquiètent du fait que les débris de fusées, comme celles lancées mercredi pour le compte de l’Agence spatiale européenne (ESA), pourraient répandre du carburant toxique dans l’Extrême-Arctique en retombant sur la Terre

Le lanceur Sentinel-3B a décollé du nord de la Russie, avec à son bord un satellite qui surveillera l’atmosphère, les océans, le sol et la glace de la Terre, dans le cadre du programme Copernicus.

Aussi grande qu’un immeuble de 15 étages, cette fusée est en fait un ancien missile balistique intercontinental russe de l’époque de la guerre froide qui a été remis à neuf. La partie qui se détache après le décollage et qui retombe au sol est de la taille d’une fourgonnette.

Le lanceur est propulsé par de l’hydrazine, une substance extrêmement toxique.

Le décollage de mercredi était le 15e du genre susceptible de toucher la baie de Baffin depuis une dizaine d’années, selon Michael Byers, un chercheur canadien qui s’intéresse de près à la question.

Le Nunavut a bien essayé de stopper les lancements, mais il n’a pas réussi, a indiqué son ministre de l’Environnement, Joe Savikataaq.

Aucune étude n’a été menée pour déterminer si les débris qui retombent dans l’eau sont nocifs pour la faune de la région, déplore M. Savikataaq. « C’est une préoccupation pour nous, dit-il. Aucun pays ne veut servir de dépotoir à des fusées usagées pour d’autres pays »...

Lire la suite sur le site de Radio-Canada