Les forêts sous-marines de l’Arctique se développent aussi rapidement que le réchauffement

Publié le 18.07.2019 - Article de Karen Filbee-Dexter du 23/05/2019 pour The Conversation

Saviez-vous qu’il y a des forêts dans l’Arctique ?

De luxuriantes forêts sous-marines composées de grandes algues brunes (varech) sont particulièrement frappantes dans l’Arctique, notamment en contraste avec la terre où l’affouillement des glaces (le raclage de la banquise contre le fond marin) et le climat rigoureux laissent un sol aride avec peu de végétation.

Les Inuits, les chercheurs et les explorateurs polaires ont observé des forêts de varech à travers l’Arctique. À lui seul, l’Arctique canadien représente 10 pour cent du littoral mondial, mais nous en savons peu sur les forêts de varech cachées qui s’y trouvent.

Aujourd’hui, le changement climatique altère les habitats marins, comme les forêts de varech, à l’échelle mondiale. Dans l’ouest de l’Australie, l’est du Canada, le sud de l’Europe, le nord de la Californie et l’est des États-Unis, le varech est en disparition en raison de la hausse des températures. Dans d’autres régions, le varech est fortement surpâturé par les oursins. Les conditions côtières dans l’Arctique changent radicalement et la région se réchauffe plus vite que le reste du monde, mais ces changements pourraient en fait être favorables au varech.

Toutefois, nous en savons peu sur les forêts de varech dans les régions éloignées de l’Arctique. Notre dernière recherche, publiée dans Global Change Biology, fixe la répartition des forêts de varech de l’Arctique et examine dans quelle mesure ces importants écosystèmes se transforment avec le climat.

Prolifération de varech dans l’Arctique

Le varech se trouve présentement sur les côtes rocheuses à travers l’Arctique. Le varech le plus long trouvé au Canada dans l’Arctique mesurait 15 mètres, et le plus profond a été trouvé à 60 mètres (baie de Disko, Groenland). Beaucoup s’étonnent que des plantes marines puissent si bien pousser dans l’environnement inhospitalier de l’Arctique.

Le varech s’est adapté aux conditions difficiles. Ces espèces d’eau froide utilisent des stratégies spéciales pour survivre aux températures glaciales et aux longues périodes d’obscurité, et même pour croître sous la banquise. Dans les régions d’eau froide, riche en nutriments, elles peuvent atteindre l’un des plus hauts taux de production primaire de tous les écosystèmes naturels sur terre...

Lire la suite sur The Conversation France