Lyuba, le petit mammouth venu du froid

Publié le 24.11.2009

Le corps d’un bébé mammouth vient d’être découvert en Sibérie. Son état de conservation est remarquable par rapport à toutes les découvertes de ce type ayant été faites jusqu’à présent. Il commence à livrer petit à petit quelques-uns de ses secrets aux scientifiques.

C’est de façon rocambolesque que commence la découverte de ce petit mammouth femelle qui pèse 65 kg, pour une taille de 85 cm et une longueur de 130 cm.

Il a été découvert en mai 2007 par un gardien de rennes du peuple des Nénètses vivant dans le nord-ouest de la Sibérie. Le bébé mammouth gisait au bord du fleuve Yuribei, dans la péninsule de Yamal (voir carte). Le temps de prévenir les autorités compétentes, le corps avait disparu, perdu peut-être à tout jamais pour la science. C’est un peu par hasard et avec beaucoup de chance que le bébé mammouth fut retrouvé dans la ville de Novyï-Port située à plusieurs kilomètres du lieu de sa découverte, calé contre le mur d’un magasin et entouré de badauds.

Il avait Ă©tĂ© emportĂ© lĂ  puis vendu Ă  un commerçant de la ville. Heureusement la police locale, alertĂ©e, a pu remettre le petit animal Ă  des scientifiques. Le bĂ©bĂ© fut baptisĂ© Lyuba du prĂ©nom de la femme de son dĂ©couvreur. Les premières analyses scientifiques rĂ©vĂ©lèrent qu’il appartenait au genre mammuthus.

JPEG - 109.2 ko
Mammouth laineux
CrĂ©dit photo : National Museum Cardiff
Certains droits rĂ©servĂ©s : Licence Creative Commons

Le mammouth laineux serait apparu en SibĂ©rie il y a 600 000 ans. Pour rappel, les mammouths sont des mammifères Ă©teints de la famille des Ă©lĂ©phantidĂ©s. Les derniers reprĂ©sentants ont disparu il y a 3 700 ans environ sur l’île de Wrangel situĂ©e au nord de la SibĂ©rie. Tous prĂ©sentaient une morphologie naine adaptative pour accroĂ®tre leur chance de survie dans un environnement oĂą les ressources alimentaires Ă©taient restreintes.

Le dĂ©bat sur les causes de l’extinction de cette espèce est loin d’être clos au sein de la communautĂ© scientifique. En effet, certains chercheurs pensent que ce sont les changements climatiques intervenus lors de la fin de la dernière pĂ©riode glaciaire, il y a près de 11 000 ans, qui ont sonnĂ© le glas des mammouths, en modifiant progressivement leurs ressources alimentaires.

Ils cherchaient leur nourriture dans de vastes prairies arides. Celle-ci Ă©tait constituĂ©e essentiellement de plantes herbacĂ©es et de petits arbustes. Le rĂ©chauffement climatique intervenu il y a 11 000 ans entraĂ®na une modification de la vĂ©gĂ©tation. L’ancien habitat des mammouths aurait disparu Ă  90 %, ce qui pourrait expliquer la disparition du pachyderme.

D’autres chercheurs pensent que c’est l’impact de la chasse des premiers hommes qui aurait été déterminant. Enfin, certains pensent que c’est l’effet conjugué du changement de la végétation et de la prédation accrue des premiers hommes qui aurait scellé la disparition des mammouths.

Pour revenir Ă  Lyuba, son Ă©tat de conservation est tel que l’on dirait qu’elle va se rĂ©veiller d’un instant Ă  l’autre. Jamais on n’avait trouvĂ© de mammouth aussi bien conservĂ©. Il ne manque que ses ongles, un bout de sa queue et de son oreille droite ainsi que la plupart de ses poils. Pourtant, la datation au carbone 14 de quelques Ă©chantillons de tissu Ă©tablit qu’elle serait morte il y a environ 40 000 ans. Les scientifiques ont aussi examinĂ© le corps Ă  l’aide d’un scanner, ce qui a pu apporter des Ă©lĂ©ments de rĂ©ponse sur les circonstances qui ont entraĂ®nĂ© sa mort. Cet examen a rĂ©vĂ©lĂ© qu’un sĂ©diment compact constituĂ© d’argile et de sable obstrue l’extrĂ©mitĂ© de sa trompe, sa gorge, la bouche et la trachĂ©e. Les scientifiques en ont conclu que Lyuba se serait Ă©touffĂ©e dans de la boue. Elle aurait glissĂ© sur la berge de la rivière et se serait enfoncĂ©e dans la boue d’oĂą elle n’aurait jamais pu s’extirper. On peut imaginer que sa mère n’ait rien pu faire pour la sauver malgrĂ© ses cris de dĂ©tresse.

La vase argileuse humide l’aurait alors engloutie tout en créant un milieu propice à sa remarquable conservation, ce milieu très pauvre en oxygène ne convenant pas aux microorganismes qui dégradent les tissus. De surcroît, des microorganismes spécifiques à ce milieu auraient libéré de l’acide lactique qui aurait agi comme un conservateur naturel.

Avec l’intensification du froid, ce sol meuble se serait transformĂ© en pergĂ©lisol. Le corps de Lyuba se serait alors dĂ©shydratĂ©, perdant ainsi la moitiĂ© de son poids.

JPEG - 416.9 ko
Péninsule de Yamal, Sibérie

C’est ainsi que Lyuba aurait pu parvenir jusqu’à nous, 40 000 ans plus tard, dans cet état de remarquable conservation. En 2006, une crue du fleuve Yuribei emporte le corps et son carcan d’argile gelé et le dépose sur un banc de sable, l’acide lactique qui imprègne le corps décourage les charognards jusqu’à sa découverte.

L’examen des prémolaires et des défenses a permis aux scientifiques de déterminer que Lyuba n’avait qu’un mois lors de sa mort prématurée à la fin du printemps, qu’elle était en bonne santé et bien nourrie avant son accident. Le contenu de son intestin atteste que Lyuba avait ingéré les fèces d’un mammouth adulte, très probablement ceux de sa mère et ce, pour coloniser son intestin de microorganismes indispensables à la digestion des débris végétaux ingérés. Ce phénomène est également observé chez les éléphanteaux actuels, cousins des mammouths.

La mort prĂ©maturĂ©e de ce petit mammouth peut paraĂ®tre tragique, mais son corps exhumĂ© du pergĂ©lisol apporte aux scientifiques une connaissance accrue sur ces pachydermes ainsi que sur leur environnement d’il y a 40 000 ans. Lyuba commence tout juste Ă  livrer ses secrets. Les avancĂ©es de la science pourront sans doute dĂ©crypter bien d’autres renseignements et, qui sait, permettre un jour son clonage.

Ludovic Hamiaux, INIST-CNRS

Situer cette recherche