Morse

Publié le 12.02.2008

Ce gros mammifère marin, qui possède de grandes défenses en ivoire, est présent tout autour de l’océan Arctique et dans le nord de l’océan Pacifique.

JPEG - 25.8 ko
Femelles morses de l’Atlantique, Odobenus rosmarus rosmarus. Igloolik, Nunavut, Canada.
© CNRS Photothèque/IPEV / CHARRIER Isabelle
UMR8620 - NEUROBIOLOGIE DE L’APPRENTISSAGE, DE LA MEMOIRE ET DE LA COMMUNICATION, ORSAY

Nom scientifique : Odobenus rosmarus

Deux sous-espèces sont reconnues en fonction de leur répartition géographique et de divergences morphologiques :

  • le morse du Pacifique Odobenus rosmarus divergens, qui vit dans les régions côtières du nord de l’Alaska et de la Sibérie orientale, et dont la taille peut atteindre 4 mètres pour un poids de 1,7 tonne.
  • le morse de l’Atlantique Odobenus rosmarus rosmarus, qui vit dans les régions côtières du nord-est du Canada, du Groenland et du Spitzberg, et dont la taille peut atteindre 3,20 mètres pour un poids de 1,25 tonne.

Certains scientifiques considèrent les morses de la mer de Laptev (nord de la Sibérie) comme une sous-espèce : Odobenus rosmarus laptevi.

C’est un animal sociable qui vit en colonies sur les rivages, sur la banquise ou sur des plate-formes de glace dérivant sur la mer. Sa longévité est estimée à quarante ans.

Il se nourrit essentiellement de coquillages qu’il prélève sur les fonds peu profonds des mers arctiques.

Moins bon nageur que les autres pinnipèdes, sa vitesse de croisière dépasse rarement 6 à 8 km/h, mais il peut atteindre environ 30 km/h pendant une courte période lorsqu’il est pourchassé. Il peut rester sous l’eau 30 minutes et plonger jusqu’à 100 mètres de profondeur.

JPEG - 26.1 ko
Morse de l’Atlantique : mère avec son petit âgé de quelques jours. Igloolik, Nunavut, Canada.
© CNRS Photothèque/IPEV / CHARRIER Isabelle
UMR8620 - NEUROBIOLOGIE DE L’APPRENTISSAGE, DE LA MEMOIRE ET DE LA COMMUNICATION, ORSAY

Ses prédateurs sont l’orque, l’ours polaire et l’homme.

Excessivement chassé pour son ivoire, le morse est actuellement en danger d’extinction. Aujourd’hui, sa viande et son ivoire ont encore une valeur économique importante pour les Inuits et sa chasse est très règlementée.

En savoir plus :