Pourquoi les modèles climatiques sous-estiment le déclin de la banquise arctique ?

Publié le 03.11.2011 - Communiqué de presse du CNRS

Depuis quelques décennies, la banquise arctique subit un déclin spectaculaire, bien au-delà des projections des modèles climatiques. La rapidité inattendue de cette disparition vient d’être expliquée par des chercheurs du CNRS, de l’université Joseph Fourier et du Massachusetts Institute of Technology. Selon eux, les modèles climatiques sous-estiment la vitesse d’amincissement de la banquise. Celle-ci est en réalité près de quatre fois plus rapide que celle calculée par les modèles. A l’origine de ce biais, une « mauvaise » représentation de la dérive des glaces de mer, et donc de leur évacuation vers le sud, à travers le détroit de Fram, hors du bassin arctique. Permettant de corriger l’écart entre simulations et observations, une meilleure prise en compte de ce mécanisme suggère la disparition de la banquise arctique estivale, bien avant la fin du siècle. Ces travaux sont publiés dans la revue Journal of Geophysical Research le 29 septembre 2011.

Voir en ligne