Quand la petite échelle influence la circulation générale océanique

Publié le 18.09.2012 - Communiqué de presse de l'INSU

Des chercheurs du Laboratoire de physique des océans (LPO/IUEM, CNRS / Ifremer / IRD / UBO) ont pu finement analyser par modélisation le devenir des Eaux Antarctiques Intermédiaires qui, en provenance de l’Atlantique Sud et de l’océan Indien, se rejoignent dans le bassin du Cap, au sud de l’Afrique. Cette étude leur a permis de mettre en évidence l’importance décisive des processus dynamiques de fine échelle dans le mélange de ces masses d’eau et donc dans la circulation océanique globale.

Les océans jouent un rôle fondamental et complexe dans la régulation du climat terrestre, du fait des échanges d’eau qui existent entre les bassins océaniques. Ces échanges gouvernent en effet les transferts de chaleur, de sel, de dioxyde de carbone et autres espèces chimiques entre des régions du globe souvent très éloignées. L’Eau Antarctique Intermédiaire (AAIW pour Antarctic Intermediate Water), une composante froide (caractérisée par une température de 4 à 7 °C) et peu salée de la branche haute de la circulation thermohaline, est présente dans tous les océans et constitue une composante essentielle de ces échanges et transferts de propriétés...

Lire la suite sur le site de l’INSU