Rayonnement solaire et distinction de phase des nuages arctiques

Publié le 26.11.2009  - MàJ le 23.08.2012

Etude de la répartition spatiale de la glace et de l’eau liquide dans les nuages arctiques en phase mixte ainsi que leur impact sur (a) le bilan du rayonnement solaire (forçage radiatif) et (b) la télédétection des propriétés des nuages.

Estimation de l’effet radiatif tridimensionnel en ce qui concerne d’un côté le forçage radiatif des nuages et de l’autre côté la télédétection des propriétés des nuages.

Les régions arctiques sont extrêmement sensibles aux variations d’énergie incidente. La faible élévation du soleil dans ces régions et un albedo de surface important amplifient l’impact des constituants atmosphériques (nuages, aérosols) sur le bilan radiatif dans ces régions. Ainsi, il est important de mesurer les différentes composantes du bilan radiatif en Arctique pour surveiller le climat, valider les observations issues des stations de mesures et de la télédétection spatiale en terme de restitution des paramètres déterminants pour le climat, ainsi que pour les tests et validations des modèles climatiques.

Le projet SORPIC propose une combinaison unique d’instruments aéroportés (avion Polar 5 de l’AWI) pour la caractérisation in situ des propriétés microphysiques et optiques des nuages, des propriétés radiatives des nuages sur une large bande spectrale grâce à des moyens de télédétection ainsi que la mise en oeuvre de modèles de transfert radiatif sophistiqués (1D et 3D). Sur la base de la fermeture des bilans entre les observations et les résultats numériques, l’impact des hétérogénéités spatiales de la phase des nuages sur le forçage radiatif des nuages sera évalué.

Source : Fiche descriptive du programme SCORPIC sur le site de l’IPEV
Laboratoires :Laboratoire de Météorologie Physique - LaMP (OPGC / Université de Clermont-Ferrand II / CNRS)