Réchauffement climatique : les prévisions du GIEC étaient trop optimistes

Publié le 14.12.2017 - Article (avec AFP) du 08/12/2017 sur Futura

D’ici 2100, la Terre pourrait se réchauffer de 15 % de plus que la pire des prédictions du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). Ces dernières étaient donc trop optimistes. Pour espérer rester sous les 2 °C, il faudra réduire encore plus les émissions de gaz à effet de serre par rapport à ce qui était prévu

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), l’organe scientifique de référence sur le réchauffement, a publié en 2014 un éventail de scénarios prédisant le réchauffement climatique à la fin du XXIe siècle en fonction du volume des émissions de gaz à effet de serre.

Patrick Brown et Ken Caldeira, climatologues à l’Institut Carnegie de l’Université de Stanford, en Californie (États-Unis), estiment, dans une étude publiée dans la revue Nature, que « le réchauffement climatique sera probablement plus important » que les pires modèles du GIEC. Pointant du doigt le degré d’incertitude des scénarios climatiques, ils notent que les modèles les plus pessimistes, qui supposent une augmentation des émissions de gaz à effet de serre tout au long du siècle, prévoient une augmentation des températures entre 3,2 et 5,9 °C d’ici 2100 par rapport à la période préindustrielle...

Lire la suite de cet article ainsi que le contenu d’un article connexe sur Futura