Sommet climat : les 12 engagements pris par les participants

Publié le 13.12.2017 - Actualité (avec AFP) du 12/12/2017 dans L'Express

Le président français Emmanuel Macron a souhaité que le sommet climat qui s’est tenu à Paris mardi se répète chaque année. Ce qu’il faut retenir des engagements pris

Désengagement des énergies fossiles, pression sur les entreprises pour "verdir" leurs activités, coalitions : le "One Planet Summit" sur le climat, mardi à Paris, a été l’occasion pour les acteurs économiques et financiers d’annoncer plusieurs engagements contre le réchauffement. Tour d’horizon.

1. Pétrole et gaz

La Banque mondiale a annoncé qu’elle arrêterait de financer après 2019 l’exploration et l’exploitation de pétrole et de gaz. Elle est la première banque multilatérale à prendre un tel engagement. En 2016, ses financements dans l’industrie pétrolière et gazière ont représenté près d’1,6 milliard de dollars, soit moins de 5% de la totalité des fonds accordés.

À partir de 2018, elle publiera tous les ans les émissions de gaz à effet de serre des projets qu’elle finance dans les secteurs les plus émetteurs, comme l’énergie. Elle entend généraliser la prise en compte d’un prix interne du carbone dans ses futurs investissements.

2. Charbon

L’assureur Axa a annoncé qu’il renonçait à assurer et à investir dans toute entreprise engagée dans la construction de centrales à charbon. Le groupe français compte aussi retirer près de 2,5 milliards d’euros d’investissements dans le secteur.

Axa a promis de se désengager à hauteur de 700 millions d’euros des projets liés aux sables bitumineux. Il va en parallèle accroître de 9 milliards d’euros ses investissements "verts" (infrastructures...) d’ici à 2020.

La banque néerlandaise ING s’est engagée à "accélérer la baisse" des financements des centrales à charbon. D’ici à 2025, elle ne financera plus que les producteurs d’électricité utilisant moins de 5% de charbon et arrêtera de financer directement les projets de centrales à charbon.

3. Adaptation climatique

La fondation Bill Gates va consacrer 315 millions de dollars à la recherche en agriculture pour aider les plus pauvres, notamment en Afrique, à s’adapter au changement climatique. La Commission européenne mobilisera 318 millions de dollars pour cet objectif.

L’Agence française de développement (AFD) a signé, dans le cadre d’un dispositif de 30 millions d’euros sur quatre ans, des accords avec l’île Maurice, les Comores, le Niger et la Tunisie, pour les accompagner dans l’adaptation aux impacts des dérèglements (systèmes d’alerte, lutte contre l’érosion...). Le directeur général de l’AFD, Rémy Rioux, a reconnu que "l’adaptation" était "le parent pauvre" de la finance climat, tournée plutôt vers la réduction des émissions (énergies renouvelables, transports propres...).

La Banque mondiale a annoncé qu’elle prêterait 4,5 milliards de dollars sur trois ans pour permettre à 150 villes de résister aux impacts et qu’elle les aiderait à attirer des financements privés. Les collectivités ont fait valoir leur rôle mais leur difficulté à accéder à certains fonds.

4. Risque climatique

237 entreprises se sont engagées à améliorer leur prise en compte du risque climatique dans leurs activités. Parmi elles, 20 des plus importantes banques et 80% des gestionnaires d’actifs, comme HSBC ou l’assureur AXA. Elles comptent publier "leur stratégie pour gérer les risques (climatiques) mais aussi pour saisir les opportunités" qu’offre la lutte contre le réchauffement...

Lire la suite de l’article sur le site de L’Express