Un changement climatique était à l’origine de la peste noire

Publié le 09.11.2018 - Article de Pauline Guéna et Nonfiction du 12/09/2018 sur Slate

Depuis quelques étés, la montée annuelle des températures est l’occasion d’observer le dégel du permafrost, cette couche de sous-sol gelée qui borde le cercle polaire. En théorie, le permafrost reste gelé toute l’année, mais avec le réchauffement climatique, des parties assez importantes sont en train de se réveiller. Et avec elles toutes sortes de gaz et de matière organique qui étaient restées piégées dans la glace, notamment beaucoup de gaz à effet de serre et... des paléo-virus

Les paléo-virus, un nom qui ferait rêver les scénaristes d’Hollywod, sont des virus du passé : on les croyait éteints, mais ils reviennent lorsque des cadavres d’animaux pris dans les glaces dégèlent – des corps de rennes, mais aussi plus récemment de mammouths.

Ce scénario catastrophe combine donc transformation climatique et risque épidémiologique. Hollywood en rêvait, l’histoire l’a fait : c’est ainsi qu’avait commencé la peste noire qui a frappé l’Europe en 1347...

Lire la suite sur Slate.

Cet article a été initialement publié dans le livre Actuel Moyen Âge, publié aux éditions Arkhê en novembre 2017.