Un futur satellite pour mesurer les courants marins et les vagues ?

Publié le 07.12.2017 - Actualité du CNRS-INSU

L’Agence spatiale européenne vient d’annoncer sa sélection pour le "Earth Explorer" numéro 9 : parmi les deux finalistes figure le projet de satellite "SKIM" visant à mesurer les courants marins et les vague à l’aide d’une nouvelle méthode de mesure par radar Doppler. Ce projet est proposé par une équipe internationale menée par le Laboratoire d’océanographie physique et spatiale (LOPS/IUEM, CNRS / UBO / Ifremer / IRD), cette équipe fédèrant des chercheurs issus de 30 centres de recherche dans le monde. Le lancement est programmé pour 2025

Pourquoi un nouveau satellite ?

La surface océanique définit les échanges entre océan, atmosphère, surface continentale et cryosphère, et ces échanges dépendent des courants de surface et des vagues. Par ailleurs, les courants de surface transportent tout ce qui se trouve à la surface : chaleur, plancton, microplastiques… La connaissance des courants de surface a beaucoup progressé grâce à des mesures indirectes du niveau de la mer et du champ de gravité, mais ces mesures sont insuffisantes pour caractériser tous les mouvements de l’océan, en particulier à des échelles inférieures à 100 km.

Ce manque est particulièrement criant en zone tropicale où il est difficile de relier le courant de surface au niveau de la mer parce que l’annulation de la force de Coriolis n’y permet pas l’application d’un calcul géostrophique...

...Une autre région d’intérêt est la bordure des glaces de mer. L’océan Arctique est en profonde évolution avec une zone marginale de glace qui s’étend. Cette région critique est le lieu de fortes interactions entre les courants marins, la glace de mer, les vagues et l’atmosphère. Ces phénomènes sont très difficiles à observer, et il est urgent de disposer d’une mesure de la cinématique de la surface (vitesse et direction du courant, dérive des glaces, vagues) qui peut être observée avec de nouvelles techniques à des échelles plus fines que les mesures dynamiques actuelles...

Lire l’article dans son intégralité sur le site du CNRS-INSU