Une base de données de la température de la planète des deux derniers millénaires

Publié le 31.07.2017 - Actualité du CNRS-INSU

En 2008, des chercheurs ont commencé à répertorier et analyser des enregistrements de paléotempératures couvrant les deux derniers millénaires et publiés dans la littérature scientifique, dans le cadre du projet 2kNetwork sous l’égide du projet Past Global Climate Change (PAGES). S’en est suivie la publication d’une série d’articles scientifiques documentant les températures pour chaque continent et d’un article de synthèse des données de l’ensemble des continents basé sur la première version de la base de données (PAGES2k, 2013). Depuis, les données océaniques ont été ajoutées. La dernière version de la base de données est sortie le 11 juillet 2017 dans la revue Scientific Data publiée par Nature Publishing Group. Elle est cosignée par près de 100 climatologues, donc quatre chercheurs français de l’ISEM, du CEREGE, du LSCE, et de LOCEAN, et contient près de 700 enregistrements.

La version 2.0 de la base de données de paléotempératures du groupe de travail PAGES2k, un outil essentiel de la reconstruction et de la modélisation du climat des deux derniers millénaires, est publiée en ligne cette semaine dans la revue internationale Scientific Data. C’est à ce jour la version la plus ouverte, complète et détaillée de l’ensemble des données PAGES2k. Elle constitue une ressource importante pour les chercheurs qui travaillent sur le climat et son évolution depuis le début de notre ère.

Notre connaissance des températures globales avant les mesures météorologiques en routine repose sur les données dites « proxy », issues d’archives paléoclimatiques biologiques et géologiques qui fournissent des informations indirectes sur les températures passées. L’épaisseur des anneaux de croissance d’arbres, par exemple, a tendance à être plus importante pendant les années plus chaudes, ce qui permet d’obtenir des estimations indirectes du changement de la température de l’air pendant toute la vie de l’arbre. La base de données PAGES2k comprend des proxys de paléotempératures provenant d’un certain nombre d’autres archives distinctes, notamment les coraux, les carottes de glace et les sédiments marins et lacustres...

Lire la suite sur le site du CNRS-INSU