La diversité génétique de la population des Vikings jusqu’au Groenland

Attaque viking, enluminure de 1100 dans l'abbaye Saint-Aubin d'Angers
Publié le 12.03.2021 - Géodynamique et ressources naturelles

Les Vikings véhiculent souvent l’image de pirates sanguinaires avides de richesses qui écumèrent à bord de leurs drakkars les mers et océans de l’Europe du Nord du VIIIe au XIe siècle. Cette représentation peut apparaitre aussi très réductrice car ils furent également des commerçants avisés, ainsi que d’intrépides navigateurs et explorateurs qui colonisèrent l’Islande et le Groenland. Les plus aventureux furent probablement les premiers européens à fouler les rivages de l’Amérique du Nord.

lire la suite »

Le Groenland aurait conservé des traces de l’explosion biologique du Cambrien

Elrathia kingii, un trilobite du Cambrien moyen de l'Utah
Publié le 03.11.2020 - Ecosystèmes et biodiversité

Le Groenland peut actuellement nous apparaitre comme une destination particulièrement inhospitalière : en effet les conditions climatiques y sont excessivement difficiles et les êtres vivants qui s’y trouvent doivent lutter âprement pour leur survie. Manifestement, ce ne fut pas toujours le cas, des fossiles provenant d’un lointain passé attestent de l’une des plus importantes diversifications biologiques que la Terre ait connue, engendrant les espèces animales que nous connaissons aujourd’hui, après des millions d’années d’évolution.

lire la suite »

Changement climatique : le pergélisol de l’Arctique émet désormais en hiver davantage de carbone que les plantes de la région n’en absorbent aux beaux jours !...

 Emission de CO2 (en g/m2/an) du pergélisol des zones boréales en hiver (d'octobre à avril), entre 2003 et 2017
Publié le 09.09.2020 - Dossiers thématiques

Une étude internationale parue dans la revue Nature Climate Change démontre que les sols de l’Arctique se sont réchauffés au point de libérer plus de carbone en hiver que la végétation environnante n’est capable d’en absorber au cours de la saison estivale. En d’autres termes, cela signifie que le pergélisol des régions boréales, qui renferme bien plus de carbone que n’en contient aujourd’hui l’atmosphère, serait en phase de devenir une source plausiblement considérable de gaz à effet de serre, susceptible d’amplifier de manière sensible, sinon dramatique, le changement global anthropique actuellement en cours.

lire la suite »

L’Islande : "point chaud" des tempêtes de poussière de notre planète, même en hiver

 Tempête de poussière à l'approche au sud-ouest de l'Islande
Publié le 16.04.2020 - Climat : océan - glace - atmosphère

Pour la première fois ont été mesurées en Islande, au cœur de la nuit polaire arctique, les distributions atmosphériques des aérosols lors de tempêtes de poussière parfois très rudes. L’Islande est de fait fréquemment balayée par de telles tempêtes, même en hiver, et constitue la source de poussière la plus active de l’Arctique, générant de grandes quantités de matière particulaire qui se dispersent en altitude et sur de longues distances, avec un impact potentiel sur les glaciers et le climat loin d’être négligeable.

lire la suite »

Découverte de hyènes fossiles au nord du cercle arctique

Hyène rayée
Publié le 24.01.2020 - Géodynamique et ressources naturelles

Pour le grand public, les hyènes représentent souvent des animaux cruels, sournois, dont le cri ressemble à un rire, qui sont affublées d’un physique particulier que l’on pourrait qualifier de disgracieux avec un arrière-train plus bas que l’avant. Elles évoluent dans un milieu de savane sous un climat chaud, voire très chaud, principalement sur le continent africain, en zone subsaharienne. Aussi, il peut paraître surprenant de constater la présence de hyènes fossiles au nord du cercle arctique

lire la suite »