Albatros, l’innovation russe pour surveiller la qualité des eaux marines

Publié le 26.01.2021 - Article du 07/12/2020 sur Sputnik

Des chercheurs russes ont mis au point un nouveau procédé à l’appellation poétique, Albatros, dans le but de surveiller l’état des eaux marines et de pouvoir prendre, si nécessaire, des mesures appropriées en cas de catastrophe d’origine naturelle ou humaine

L’évaluation des changements climatiques et de la qualité des eaux marines exige d’identifier avec précision les sources d’arrivée de matière organique dans l’océan. Ces informations sont également indispensables pour prendre des décisions en cas de catastrophe d’origine naturelle ou humaine. L’importance de ces recherches et leurs résultats ont été évoqués pour Sputnik par des scientifiques de grandes universités russes.

L’analyse des composés organiques arrivant dans les mers du plateau continental arctique avec le ruissellement des rivières permet d’évaluer avec précision l’ampleur de la fonte du pergélisol. En outre, la composition des matières organiques dans l’eau de mer est influencée par les sels de métaux lourds et les polluants organiques issus des eaux usées domestiques comme industrielles. Cela étant, les scientifiques vérifient régulièrement la composition de l’eau de mer dans la zone du plateau continental.

Les procédés

Différentes méthodes physico-chimiques sont utilisées pour évaluer les changements saisonniers et dimensionnels de la composition des matières organiques dissoutes. La plus rapide et la moins chère est la spectroscopie de fluorescence 3D. Cette technique repose sur le fait que les matières organiques absorbent la lumière UV, la nature de la lumière qu’elles émettent dépendant de leur structure.

Les chercheurs irradient les matières étudiées avec des ultraviolets de différentes longueurs d’onde et chacune des substances contenues émet un ensemble de fréquences qui lui est propre. De plus, l’intensité du rayonnement traduit son degré de concentration dans l’eau.

Cependant, dans la nature, c’est un peu plus compliqué qu’en laboratoire : l’eau de mer contient des milliers de composés organiques et il devient impossible de les identifier tous sur la base des spectres de fluorescence. Mais pour résoudre des problèmes scientifiques et pratiques, point n’est besoin d’informations exhaustives sur la composition de l’échantillon, il suffit de déterminer plusieurs composés importants. Ce qui fait que les méthodes optiques sont largement utilisées pour étudier l’eau de mer...

Lire la suite sur Sputnik