Amplification polaire

Publié le 20.10.2008

Changement climatique plus important aux hautes latitudes comparé au reste de la planète.

JPEG - 113.8 ko
Projection du réchauffement hivernal en Arctique aux alentours de 2090
Crédit : Hugo Ahlenius, UNEP/GRID-Arendal
Source : UNEP/GRID-Arendal

Dans un système climatique en équilibre, la chaleur accumulée dans les zones tropicales est redistribuée vers les pôles via un transfert par voies atmosphérique et océanique. Aux pôles, la couverture glaciaire caractéristique de ces régions compense cet apport de chaleur. Le haut pouvoir réfléchissant de la glace et de la neige (ou albédo) renvoie en effet 80% du rayonnement solaire incident vers l’espace, permettant à ces zones de haute latitude d’absorber peu de rayonnement solaire donc de chaleur en provenance du soleil.

Dans un climat qui se réchauffe, les transports de chaleur depuis les tropiques sont augmentés. En parallèle, les glaces et autres composantes de la cryosphère disparaissent, ce qui réduit leur albédo. L’absorption accrue de rayonnement solaire qui en résulte par les couches de la basse atmosphère et par l’océan conduit à une accentuation de l’échauffement, qui va lui-même intensifier la fonte des glaces, diminuant encore leur albédo, et ainsi de suite. Ce système en boucle - dit de rétroaction positive - aboutit à une amplification du réchauffement climatique.

D’autres facteurs pouvant intervenir dans ce phénomène sont suspectés : un transport accru d’humidité atmosphérique vers les hautes latitudes, des modifications de la couverture nuageuse et de la teneur en eau de l’atmosphère, un changement de comportement des tempêtes en Arctique.