Antarctique

Publié le 01.08.2007

Continent le plus au sud de notre planète, bordé par l’océan Austral ou océan Antarctique.

Continent le plus élevé au monde de par son altitude moyenne de 2 300 mètres, l’Antarctique s’étend sur une superficie avoisinant les 14 millions de kilomètres carrés et est recouvert presque en totalité par une couche de glace appelée inlandsis, dont l’épaisseur maximale approche les 5 000 mètres et qui constitue de ce fait la plus grande réserve d’eau douce du monde.

JPEG - 88.9 ko
Carte topographique de l’Antarctique
Crédit : Hugo Ahlenius, UNEP/GRID-Arendal
Source : UNEP/GRID-Arendal

L’inlandsis se prolonge localement en plates-formes ou barrières de glace flottantes permanentes, telles les immenses barrières de Ronne-Filchner, sur la mer de Weddell, ou de Ross, sur la mer homonyme, aux superficies approchant celle de la France.

L’Antarctique est traversé par les Monts Transantarctiques, chaîne de montagne de plus de 3 000 kilomètres de long, formant une courbe en S et dont le plus haut sommet, le mont Kirkpatrick, culmine à 4 528 mètres (le point culminant du continent se trouve quant à lui dans les monts d’Ellsworth, au mont Vinson qui culmine à 4 897 m). Cette chaîne divise l’Antarctique en deux parties inégales. D’une part, face aux océans Atlantique et Indien, l’Antarctique orientale (ou Antarctique est), plateau d’environ dix millions de kilomètres carrés, recouvert d’une importante couche de glace pouvant atteindre plus de 4 000 mètres d’épaisseur à proximité du centre de ce plateau, et d’autre part, l’Antarctique occidentale (ou Antarctique ouest) qui comprend la terre Marie Byrd, la terre d’Ellsworth et la péninsule Antarctique, environnée de nombreuses îles. C’est dans la péninsule Antarctique que se trouvent la plupart des zones libres de glace du continent où affleure la roche.

En Antarctique, la température peut descendre au delà de -80 °C dans l’intérieur des terres, comme à Vostok, station de recherche russe située à plus de 1 000 kilomètres à l’est du pôle Sud géographique, qui a enregistré le 21 juillet 1983 le record de -89,2 °C en plein cœur de l’hiver austral. Record battu en 1997 avec -91 °C. Un chiffre qui n’a pas été homologué mais semble cependant vraisemblable, car certains scientifiques estiment aujourd’hui que la température pourrait même atteindre -96 °C à la station Vostok, tandis qu’au Dôme Argus (ou Dôme A), situé sur un plateau de glace à plus de 4 000 mètres d’altitude, le thermomètre pourrait descendre de quelques degrés supplémentaires, ce qui en ferait le lieu le plus froid au monde.

Si la faune et la flore terrestres sont limitées à quelques espèces résistantes, capables de survivre dans cet environnement extrême (microorganismes, mousses et lichens, etc.), les mers et les zones côtières antarctiques sont au contraire très riches en espèces diverses, adaptées à ces eaux froides. Parmi les plus connues, on rencontre des manchots, cormorans, albatros, skuas, pétrels, poissons des glaces, éléphants de mer, phoques, otaries, baleines, etc. et le krill, particulièrement abondant dans ces eaux glacées.

En savoir plus :