« Arctique, le jour d’après », à qui profitera le réchauffement climatique ?

Publié le 23.07.2020 - Article d'Anne Sogno du 14/07/2020 sur L'OBS à propos du documentaire diffusé sur Arte

Cette région pourrait se retrouver au centre du monde et rebattre les cartes de la géopolitique

Le réchauffement climatique, catastrophe annoncée pour les uns, pourrait-il se révéler une chance pour d’autres ? C’est la question que pose ce documentaire dont le titre allemand, « Nach dem Eis », se traduit littéralement par « après la glace ». D’ici à 2050, selon certains chercheurs, l’Arctique sera en effet libre de glace en été, provoquant la montée du niveau de la mer de deux mètres partout sur le globe. Cette région qui regroupe des territoires appartenant à huit pays (Canada, Danemark [Groenland], Etats-Unis [Alaska], Finlande, Islande, Norvège, Russie et Suède) pourrait se retrouver au centre du monde et rebattre les cartes de la géopolitique.

Aleqa Hammond, femme politique groenlandaise, militante pour un Groenland entièrement souverain et indépendant du Danemark, déclare :

"Un jour, nous hisserons le drapeau national, nous chanterons notre hymne et les journaux du monde entier titreront sur l’indépendance de notre peuple. Je ne peux imaginer de plus beau jour que celui-là. Je veux le voir arriver et j’ajoute ma pierre à son avènement"

Une nouvelle « route de la soie » polaire

Pour les Inuits comme pour les Etats qui revendiquent ces territoires, l’enjeu est de taille : les ressources naturelles (pêche, pétrole, gaz, terres rares…) se chiffreraient en milliards de dollars. L’industrie s’intéresse déjà de près à la façon de capitaliser la disparition des glaces, et la Chine, omniprésente, poursuit des intérêts stratégiques avec, notamment, le projet d’ouvrir une nouvelle « route de la soie » polaire. Comment se partager l’exploitation de ces richesses ? Les revendications politiques s’appuieront sur les conclusions des géologues qui étudient cette terre pour déterminer son origine.

En attendant, dans ces territoires si convoités dont la beauté est à couper le souffle, le chômage et la dépression minent la population autochtone car tout fait défaut : écoles, hôpitaux, emplois, formation… La fonte des glaces lui laisse entrevoir la possibilité d’une vie meilleure mais lui ouvre surtout la perspective de vivre libre en pouvant financer cette indépendance.

Lire l’article sur L’OBS et voir le documentaire disponible sur Arte jusqu’au 12/08/2020