Au Canada, la vie des narvals bouleversée par la hausse des températures et l’activité humaine

Publié le 29.03.2021 - Article d'Ismaël Houdassine du 23/02/2021 sur Regard sur l'Arctique

La survie du narval dans l’Extrême-Nord est mise à mal par la crise climatique. Les scientifiques viennent de classer l’espèce comme étant le mammifère marin le plus vulnérable de l’Arctique

Le narval, baleine arctique dotée d’une défense rectiligne en spirale, est un animal emblématique de la région polaire. Depuis plusieurs décennies, l’espèce doit faire face à de nombreux défis, notamment climatique, rappelle le Fonds mondial pour la nature (WWF).

On sait que l’Arctique se réchauffe trois fois plus rapidement que la moyenne mondiale. La disparition de la banquise pourrait avoir des conséquences catastrophiques sur les routes migratoires des Narvals, indique WWF. Notons que 90 % de la population mondiale de narvals passe l’été en eaux canadiennes.

— « Ce qui rend cette espèce particulièrement vulnérable est l’étroite relation qu’elle entretient avec la banquise tout au long de sa vie. Aucune autre baleine ne passe autant de temps dans l’habitat de banquise que le narval. »Fonds mondial pour la nature (WWF)

L’organisation internationale ajoute que les baleines qui se déplacent sous la banquise respirent à la surface en localisant les brèches dans la glace. Des centaines de narvals peuvent alors se retrouver piégés lorsqu’une baisse rapide de la température fait geler les trous où elles auraient pu faire surface.

« Dans un contexte où la dynamique de la banquise devient moins prévisible et que les narvals sont déplacés de leur habitat de prédilection, il est probable que de tels épisodes se répètent plus souvent », craint le WWF.

Outre les conséquences de la hausse des températures, le narval doit aussi conjuguer avec l’augmentation de la navigation en Arctique. Très sensible au bruit sous-marin, l’animal voit son existence chamboulée par la pollution sonore issue des bateaux. Il a par exemple de plus en plus de difficulté à trouver de la nourriture...

Lire la suite sur le site Regard sur l’Arctique, coproduit par Radio Canada International