Comment la Russie lutte contre les « invasions » d’ours

Publié le 01.07.2020 - Article de Victoria Ryabikova du 04/06/2020 sur Russia Beyond

Imaginez la scène : vous quittez votre appartement et, dans les escaliers, tombez nez-à-nez sur un énorme ours polaire. Pour de tels cas de figure, une patrouille spéciale a été créée en Russie afin de protéger les gens des animaux sauvages. Ou vice versa

Début mai, dans le petit village d’Oust-Kara (environ 500 habitants), la température était encore négative sur la côte de la mer de Kara. Quelques maisons fragiles à un étage étaient densément entourées de hauts tas de neige. Dans l’une de ces maisons à l’étage, Evguenia Amelitchkina, présidente du conseil de village local, dormait. À six heures du matin, elle est réveillée par un appel téléphonique. Elle s’apprêtait à maugréer contre ces perturbateurs malveillants, mais n’a pas eu le temps.

« Evguenia, vous avez un ours sur votre toit, mais ne vous inquiétez pas ! », a crié l’un des voisins dans son combiné. Facile la dire : la peur l’a quand même saisie.

Selon le coordinateur du projet du Fonds mondial pour la nature (WWF) de Russie dans le District autonome des Nénétsie, Sergueï Ouvarov, un jeune ours est monté sur le toit de la maison en prenant appuis sur une congère. Heureusement, aucun habitant n’a été blessé et Evguenia a rapidement appelé une patrouille spéciale qui, avec l’aide d’un pistolet à fusées et de motoneiges, a chassé la bête du village.

Ce n’est pas un cas isolé : pour les résidents des colonies de Nénétsie (où se trouve Oust-Kara), de Tchoukotka et d’autres régions de l’Arctique, tomber nez-à-nez avec un ours est une chose courante, le nombre de rencontres avec ces animaux sauvages augmentant chaque année.

« Vous pouvez tomber sur un ours lorsque vous sortez votre poubelle ou emmenez les enfants à l’école. Vous n’aurez peut-être même pas le temps de quitter la maison - une énorme bête vous attendra dans l’entrée », explique Ouvarov.

Spécialement pour faire face à de tels cas de figure, WWF a créé la « Patrouille des ours » - un groupe de volontaires habitants les lieux qui préviennent quotidiennement les rencontres entre l’homme et l’ours et escortent les animaux vers leur habitat naturel.

Comment les volontaires parviennent-ils à défendre les localités les plus septentrionales de Russie, et pourquoi y a-t-il de plus en plus de travail chaque année ?

Cris et vacarme, des armes contre les ours

La première « patrouille des ours » a été créée en 2006 dans un village de Tchoukotka, explique le directeur du WWF Russie, Dmitri Gorchkov. Selon lui, huit brigades opèrent dans l’Arctique : deux en Tchoukotka ainsi qu’en Iakoutie et quatre en Nénétsie. Chaque patrouille compte de trois à quatre personnes.

« Fondamentalement, les patrouilles sont chargées d’éloigner les ours des zones peuplées, d’informer les résidents sur l’apparition possible d’animaux et les mesures de sécurité, et de participer à la surveillance – ils étudient les tanières, font des rapports sur l’état des ours et effectuent un recensement des morses », explique Gorchkov.

Les ours apparaissent près des lieux où vivent les hommes de l’automne à la fin du printemps, explique Sergueï Ouvarov. À l’automne, lorsque la glace se forme, les ours se déplacent le long de la banquise côtière, là où la glace est stable. Au printemps, la neige commence à fondre et les animaux se déplacent vers les fissures et la glace proche des côtes – c’est là que les phoques, leur principale nourriture, vivent généralement.

En raison du réchauffement climatique, la glace devient plus mince et la surface des pains de glace se réduit. Dans ce cas, les ours sont obligés d’aller sur la terre ferme et de chercher de la nourriture dans les décharges locales et partout où ils sentent de la nourriture, en particulier le poisson et la viande...

Lire la suite sur Russia Beyond