Diminution record d’ozone au Pôle Nord

Publié le 08.04.2020 - Actualité du CNRS-INSU du 22/03/2020

Des conditions météorologiques exceptionnelles, à savoir un hiver stratosphérique très froid et persistant, ont conduit à la formation d’un petit trou d’ozone en Arctique ces dernières semaines. Les observations (au sol et par satellite) des chercheurs du Laboratoire atmosphères et observations spatiales (LATMOS/IPSL, CNRS / Sorbonne Université / UVSQ / CNES) indiquent une importante diminution d’ozone d’environ 30 % à la date du 16 mars

La couche d’ozone agit comme un bouclier qui protège la vie sur Terre des rayons ultraviolets nocifs. Les concentrations en ozone sont surveillées en continu depuis qu’un traité international, le protocole de Montréal signé en 1987, réglemente la production des halocarbures, des composés chimiques qui contiennent du chlore et du brome et sont à l’origine de la destruction de l’ozone dans la stratosphère (la partie de l’atmosphère qui s’étend d’environ 10 à 50 km d’altitude). Comme ces composés persistent dans l’atmosphère durant plusieurs dizaines d’années, il faudra plusieurs décennies pour que leurs concentrations reviennent aux niveaux d’avant 1980.

En Antarctique, le « trou d’ozone », qui correspond à la destruction, au printemps, de plus de la moitié du contenu total en ozone au-dessus du Pôle Sud, est un phénomène récurrent dû aux températures hivernales extrêmement basses de la stratosphère1. En revanche, au Pôle Nord, les conditions météorologiques ne sont en général pas propices à une diminution significative de l’ozone au printemps.

Les chercheurs du LATMOS disposent d’une série de stations de mesures au sol (réseau SAOZ) et d’observation par satellite (les 3 instruments IASI) pour surveiller l’ozone au quotidien tout autour du globe. Or, les observations de cet hiver ont montré une diminution significative du contenu en ozone de la stratosphère durant plusieurs semaines, sur une large zone autour du Pôle Nord, avec comme conséquence une augmentation du rayonnement ultraviolet à la surface de la Terre. La persistance et l’intensité de l’événement sont exceptionnelles : en effet, si les mesures SAOZ montrent un évènement d’amplitude équivalente en 2011, les mesures IASI qui permettent de couvrir tout l’hémisphère nord montrent que, sur les 13 dernières années, le trou d’ozone dans l’hémisphère nord n’est apparu qu’à 2 reprises, en 2011 et 2020, et que la superficie couverte dépasse cette année celle de 2011.

Tant que le contenu en chlore et en brome de la stratosphère demeurera élevé, une forte diminution d’ozone semblable à celle observée cette année pourra se reproduire lors d’hivers arctiques très froids...

Lire la suite sur le site du CNRS-INSU