Hiver 2019-2020 : l’extension de la banquise arctique favorisée par une concentration du froid près du pôle

Publié le 09.04.2020 - Article de Damien Altendorf du 26 mars 2020 sur SciencePost

Cet hiver, la banquise arctique a bénéficié d’un répit relatif après les records de faible extension des dernières années. Une situation qui traduit un hiver marqué par un régime atmosphérique propice à la concentration du froid à proximité du pôle. En contrepartie, les latitudes moyennes ont été anormalement chaudes.

La glace de mer arctique est fortement affectée par le cycle saisonnier. Elle atteint habituellement son extension maximale annuelle en mars et son extension minimale annuelle en septembre. Sur la période 1981-2010, elle passait ainsi d’environ 15 millions de km² en fin d’hiver à 6 millions de km² en fin d’été. Une modulation saisonnière de près de 9 millions de km².

Au fil des années et des décennies, les surfaces maximale et minimale occupées par la banquise tendent à diminuer en lien avec le réchauffement du climat. Le recul observé au mois de septembre est par exemple estimé à -12,8 % par décennie.

Une distanciation temporaire aux records

Cette année, le maximum d’extension a été atteint le 5 mars avec 15,05 millions de km². Cela place 2020 en 11e position des années avec les maximums les plus bas. La première place étant détenue par 2017 où l’extension de glace de mer a culminé à 14,41 millions de km² seulement. La valeur mesurée cette année apparaît également comme la plus élevée depuis 2013. Les données présentées dans cet article proviennent du NSIDC (National Snow and Ice Data Center)...

Lire la suite sur SciencePost