Ignorance et stéréotypes au service de la promotion du tourisme en Arctique

Publié le 16.09.2020 - Article d'Eilís Quinn du 03/02/2020 sur Regard sur l'Arctique (traduit de l'anglais par Danielle Jazzar)

Voyager en Laponie finlandaise et avoir l’impression de se replonger dans les vieux clichés de l’Arctique canadien...

C’est ce que ressent le voyageur en apercevant ces igloos en verre qui percent à travers les arbres du Kakslauttanen Arctic Resort, près de la route E75, ou ces innombrables panneaux parsemés dans les villages arctiques, notamment pour annoncer les randonnées en traîneau à chiens, vendues en tant que « safaris en traîneau ».

Pour la plupart, ces éléments sont représentatifs de la culture inuit au Canada, en Alaska, au Groenland et en Russie. Toutefois, ces types de symboles sont utilisés depuis des décennies pour promouvoir la Finlande arctique auprès des touristes. Et ce, même si la région fait partie du territoire des Samis – une culture autochtone qui n’a rien à voir avec le mode de vie des Inuit, qui vivent à des milliers de kilomètres de là.

Si, d’un côté, tous ces symboles inuit utilisés pour faire la promotion de la Finlande arctique font un peu sourciller quelques connaisseurs, d’un autre côté, la promotion du tourisme arctique a un aspect bien plus dérangeant : l’omission ou le mauvais usage de la culture samie et de ses symboles pour représenter la région. Et cela dure depuis des décennies.

« Les représentations primitives trompeuses des Samis utilisées à grande échelle pour promouvoir la culture samie en Finlande sont, dans le pire des cas, insultantes pour les Samis et représentent une marchandisation de leur culture », déclare sur son site web le Parlement sami de Finlande, l’organisme qui représente les quelque 10 000 Samis du pays.

« Ces stéréotypes trompeurs employés à répétition ont un effet négatif sur l’épanouissement de la culture samie. Ayant des ressources limitées, la communauté samie peut difficilement assurer, à elle seule, une présentation correcte et authentique de sa culture ».

En plus de l’impact culturel, on constate un impact sur l’environnement ; notamment des chasseurs étrangers qui perturbent les activités traditionnelles des Samis comme la chasse, la pêche et l’élevage de rennes, tout comme les « safaris » ou randonnées en traîneau à chiens perturbent tant les rennes que les chiens qui gardent les troupeaux de rennes des Samis...

Lire la suite du dossier sur le site Regard sur l’Arctique, coproduit par Radio Canada International