Il pleut de plus en plus sur le Groenland !

Publié le 11.04.2019 - Article de Loïc Chauveau du 08/03/2019 sur Sciences et Avenir

La limite pluie/neige ne cesse de remonter vers le nord, rendant plus humide la météo du Groenland. Un phénomène qui accélère la fonte de l’inlandsis

Les chercheurs du Earth Institute de l’université Columbia à New York n’en sont pas revenus : il pleut l’hiver au Groenland ! Ce constat relaté dans la dernière livraison de la revue Cryosphère est tout neuf. Jusqu’à présent, c’est la saison estivale qui était scrutée par les chercheurs. Désormais, il faut regarder aussi ce qui se passe en hiver, affirme l’équipe américaine.

Le réchauffement climatique sur le Groenland est bien plus élevé que sur le reste du globe. Depuis 1990, les températures y ont augmenté en moyenne de 1,8°C l’été, de 3°C l’hiver. En conséquence, les épisodes pluvieux se multiplient. Désormais, ce ne sont pas les ruptures des glaciers et la formation des icebergs qui trahissent les effets du changement climatique sur la région, mais bien les écoulements d’eau dans l’océan. 70% des 270 milliards de tonnes d’eau en provenance du Groenland qui filent tous les ans dans les océans proviennent de ces apports liquides.

La surface du Groenland passe de la neige à la glace

Pour obtenir ce résultat, les chercheurs ont compilé les observations de satellites capables de faire la différence entre les chutes de neige et la pluie de 1979 à 2012. Ces images ont été ensuite confrontées aux mesures de températures, de vent et de précipitations des 20 stations météo automatiques installées sur la couverture de glace. Les chercheurs ont ainsi déterminé 300 événements météorologiques où les conditions de temps étaient favorables à la pluie plutôt qu’à la neige. Au long de ces 33 ans, ces conditions ont doublé l’été et triplé l’hiver. La somme totale des volumes d’eau tombés sur l’île danoise n’a pas changé, ce qui s’est modifié, c’est la forme des précipitations. Selon les calculs, un tiers de l’eau qui part à la mer provient directement de la pluie...

Lire la suite sur le site de Sciences et Avenir