L’océan moins efficace pour absorber le CO2 émis par les activités humaines

Publié le 13.02.2009 - Communiqué de presse

Dans l’océan Indien Austral, le changement climatique se traduit par des vents plus forts qui brassent les eaux et entraînent une remontée de CO2 en surface depuis les profondeurs. C’est l’analyse des chercheurs qui ont travaillé sur les dernières mesures de terrain réalisées par l’INSU (1) du CNRS, l’IPEV (2) et l’IPSL (3). Résultat : l’océan Austral ne peut plus absorber autant de CO2 atmosphérique qu’auparavant. Son rôle de « puits de carbone » diminue. Il serait même dix fois plus faible que précédemment estimé. On observe la même tendance dans les hautes latitudes de l’Atlantique Nord.

(1) Institut national des sciences de l’Univers

(2) Institut polaire français Paul-Emile Victor

(3) Institut Pierre Simon Laplace, qui regroupe six laboratoires mixtes du CNRS

Voir en ligne