La communication acoustique chez le Morse atlantique Odobenus rosmarus rosmarus : reconnaissance mère-jeune

Publié le 22.11.2011  - MàJ le 28.11.2011 - Programme de recherche

Ce programme pluriannuel fait partie d’un projet général dont le but est d’étudier la relation entre la structure sociale et les systèmes de reconnaissance individuelle chez les pinnipèdes.

Ce programme pluriannuel fait partie d’un projet général dont le but est d’étudier la relation entre la structure sociale et les systèmes de reconnaissance individuelle chez les pinnipèdes. Le Morse, étudié dans ce projet, constitue un modèle idéal car il présente deux caractéristiques particulièrement intéressantes : une longue période de soins maternels (2-3 ans) et une territorialité des mâles assurée par des chants. Chez les Pinnipèdes, la communication acoustique joue un rôle majeur dans la relation entre la mère et son jeune. Chez ces animaux fortement coloniaux, une reconnaissance vocale mère-jeune est indispensable : elle leur permet de maintenir un contact permanent et de se retrouver parmi les autres individus de la colonie après séparation. De plus, les mâles produisent des chants afin de défendre leur territoire, d’exprimer leur dominance et de courtiser les femelles. Ainsi, les communications acoustiques jouent un rôle déterminant dans le succès reproducteur de l’espèce. Les principaux objectifs de ce programme sont : de décrire le répertoire vocal aérien et sous-marin des adultes et des jeunes, de décrypter les paramètres acoustiques permettant la reconnaissance individuelle entre la mère et son jeune, d’étudier les comportements sociaux des adultes (males et femelles) vis-à-vis des jeunes du groupe, de décrire le développement (ontogenèse) du chant territorial des mâles. Ce programme nous permettra non seulement de mieux connaître la biologie et le comportement du Morse, espèce encore peu étudiée, mais contribuera aussi à une meilleure compréhension des systèmes de communication acoustique utilisés par les Mammifères sociaux. Ce projet implique la collaboration avec des chercheurs canadiens et les Inuits qui ont une très bonne connaissance du terrain et de la biologie de cette espèce.

Source : Fiche descriptive du programme Communication Morse sur le site de l’IPEV
Laboratoires : Centre de Neurosciences Paris-Sud - CNPS (Université de Paris 11, CNRS)