La fonte de l’Arctique s’accélère : 14.000 tonnes d’eau par seconde

Publié le 12.03.2019 - Article de Thierry Noisette du 22/12/2018 sur l'Obs

Les glaces du pôle Nord ont fortement contribué à la montée des océans depuis 1971, et le rythme de leur fonte a triplé depuis les années 1980

La fonte des glaces terrestres de l’Arctique, principale source de la montée du niveau des océans, s’accélère selon une étude publiée le 21 décembre. Elle contribue maintenant à un millimètre de hausse par an (sur trois millimètres de hausse annuelle, estime la NASA). Cette contribution est plus élevée que celle de l’Antarctique, bien que le pôle Sud contienne bien plus de glace, observe le "Washington Post". Arctique comme Antarctique voient leurs glaces fondre de plus en plus vite.

Le troisième facteur de la montée des eaux est le fait que l’eau des océans, en se réchauffant, prend plus de volume (une autre étude, publiée en août, montrait que les océans aussi connaissent une augmentation de la fréquence des "canicules marines").

"Le phénomène s’auto-alimente"

L’étude a été menée en combinant des mesures par satellites de la NASA et des mesures au sol, prises à partir de 1971.

Mikaa Mered, professeur de géopolitique à l’Ileri et spécialiste de l’Arctique et de l’Antarctique, commente pour "l’Obs" :

" C’est une confirmation, pour ceux qui en douteraient encore, que le phénomène est bel et bien enclenché. Il s’auto-alimente et il sera très difficile de l’arrêter, à moins que les dirigeants ne prennent des mesures importantes pour tenir les 1,5°C de hausse des températures visée par l’accord de Paris : mais comme on l’a vu au dernier sommet de la COP24, on est au contraire engagé sur une trajectoire de +3,5°C. "

La vitesse de fonte de l’Arctique a presque triplé depuis 1986, relève Jason Box, un des auteurs de la nouvelle étude. A terme, " l’Antarctique deviendra sans doute le principal contributeur [de la hausse du niveau des océans], mais pendant les 47 ans de cette étude, il n’y a aucun doute que l’Arctique en a été le principal responsable "...

Lire la suite sur l’Obs (site du Nouvel Observateur)