La fonte du pergélisol pourrait aggraver le réchauffement climatique

Publié le 25.10.2018 - Article du 19/09/2018 sur Futura ((avec Relaxnews)

Le pergélisol, ou permafrost, ces grandes étendues de sols gelés aux hautes latitudes, renferme d’énormes quantités de gaz à effet de serre, surtout le CO2 et le redoutable méthane. Des chercheurs ont choisi de les prendre en compte, en considérant que sa fonte va s’accélérer. Les auteurs de l’étude avertissent sur les faiblesses de l’accord de Paris

La fonte du permafrost - ou pergélisol -, en libérant des gaz à effet de serre, pourrait mettre à mal les efforts entrepris pour limiter le réchauffement climatique, selon une étude qui vient de paraître dans la revue Nature Geoscience. L’accord de Paris, conclu en 2015, prévoit de contenir ce réchauffement sous 2 °C, voire 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle. Pour y parvenir, les États se sont engagés à limiter leurs émissions de gaz à effet de serre, alors que les effets du changement climatique sont de plus en plus visibles. Mais la Terre pourrait faire des siennes et contrecarrer ce projet.

Des experts de l’Institut international pour l’analyse des systèmes appliqués (Iiasa), basé en Autriche, ont inclus pour la première fois les émissions de gaz à effet de serre qui pourraient être relâchées par le pergélisol, ces sols gelés en permanence, dans des modélisations du changement climatique. Le résultat est inquiétant.

Le pergélisol couvre environ 25 % des terres de l’hémisphère Nord, notamment en Russie et au Canada. Les quantités de méthane (gaz à effet de serre 25 fois plus puissant que le CO2) et de CO2 qu’il emprisonne correspondent à environ 15 années d’émissions humaines. « Par le passé, le changement climatique n’était pas suffisant pour déclencher le processus de dégel dans les hautes latitudes », explique Thomas Gasser, chercheur à l’Iiasa et auteur principal de l’étude...

Lire la suite sur Futura