Le peuplement de l’Amérique vu par la génétique

Publié le 25.07.2012 - Communiqué de presse du CNRS

L’étude la plus complète retraçant l’histoire du patrimoine génétique des populations amérindiennes vient d’être réalisée à partir des données génétiques de 500 personnes provenant de 52 populations amérindiennes et 17 sibériennes. L’analyse s’est portée sur 364 470 marqueurs génétiques et a permis de prendre en compte, pour la première fois, les métissages européens et africains au sein de chaque individu. Cette recherche a été menée par un consortium d’une soixantaine de chercheurs provenant d’Europe et des trois Amériques, et notamment du CNRS . Ce travail, publié le 11 juillet 2012 sur le site de la revue Nature, démontre qu’il y a eu trois vagues de peuplement distinctes en provenance de Sibérie et que de vastes échanges génétiques se sont ensuite produits entre ces populations. Ces analyses génétiques pourront être prises en compte dans de futures études anthropologiques et médicales en Amérique.

Grâce aux puces ADN, la technique la plus puissante d’analyse des génomes, les chercheurs ont pu obtenir une vue d’ensemble du patrimoine génétique de plus de 500 personnes provenant de 52 populations amérindiennes et 17 sibériennes. L’analyse de 364 470 marqueurs leur a permis d’établir le degré de différence ou de ressemblance génétique de ces populations. Pour cela, un intense travail de traitement informatique des données a dû être effectué. Notamment, il a fallu correctement détecter et interpréter les traces génétiques du métissage africain et européen qu’ont connu, après l’arrivée de Christophe Colomb, les populations amérindiennes. Les analyses confirment que la majorité des populations amérindiennes, des Algonquins du Québec aux Yaghans de Terre de Feu, en passant par les Mayas-Kaqchiquel du Guatemala, proviennent d’une vague de migration provenant de Sibérie il y a environ 15 000 ans. L’analyse des génomes montre que la plus grande diversité génétique parmi les individus se situe au Nord de l’Amérique, tandis que les populations les plus homogènes génétiquement sont celles de l’Amérique du Sud, confirmant l’axe Nord-Sud de peuplement du continent...

Lire la suite sur le site du CNRS