Les observations spatiales actives, une nouvelle clef pour comprendre les relations complexes entre nuages, aérosols et rayonnement

Publié le 23.07.2012 - Communiqué de presse de l'INSU

Une conférence sur les missions satellite CALIPSO, CloudSat et EarthCARE s’est tenue à l’Institut océanographique de Paris du 18 à 22 juin 2012. Organisée par l’IPSL, le CNRS, le CNES et l’ESA, en coopération avec la NASA, elle a réuni plus de 200 chercheurs du monde entier, à la pointe de la recherche sur l’utilisation des techniques de télédétection spatiale pour la compréhension de l’atmosphère et du climat. Ce rendez-vous a permis de faire le bilan des nombreuses avancées scientifiques obtenues avec les données des satellites CloudSat et CALIPSO, des missions révolutionnaires puisque permettant pour la première fois d’observer la distribution verticale des nuages et des aérosols.

Des découvertes remarquables ont été faites sur les nuages et les précipitations, sur la façon dont les aérosols interagissent avec les nuages et la pluie, ainsi que sur les impacts des nuages et des aérosols sur le climat de la Terre. Les nouvelles observations suggèrent que les descriptions passées des processus liés aux nuages et de l’équilibre énergétique de la planète, les estimations du forçage radiatif des aérosols sur le climat, et même la description des effets des aérosols, doivent être reconsidérées... Les résultats montrent que des nuages de glace, situés entre 4 et 10km d’altitude à des températures comprises entre -20 et -70°C, peuplent tout au long de l’année la troposphère arctique. On retrouve en-dessous de 4 km d’altitude des nuages de température relativement froide, jusqu’à -30°C, et composés d’eau liquide, possédant un cycle saisonnier marqué. Ces nouvelles données contribuent à faire progresser les modèles de circulation générale de l’atmosphère dans une région particulièrement exposée au réchauffement climatique.

Lire la suite sur le site de l’INSU