Mesure des vagues sous la banquise

Publié le 06.02.2017 - Actualité du CNRS-INSU

Une équipe internationale menée par le Laboratoire d’océanographie physique et spatiale (LOPS/IUEM, CNRS / UBO / Ifremer / IRD) vient de valider une nouvelle méthode d’analyse des images radar à synthèse d’ouverture, fournies notamment par les satellites Sentinel 1A/1B de l’ESA. Grâce à cette méthode, qui permet de mesurer la hauteur des vagues se propageant sous la glace et en eau libre, il va être désormais possible d’analyser plus finement la dynamique de bord des banquises arctique et antarctique.

Le bord de glace de la banquise évolue sous l’effet du gel et du dégel, des vent et des courants, mais aussi des vagues. Or, ces dernières sont assez mal connues, en particulier celles se propageant sous la glace et dont on ne savait pas jusqu’à ce jour mesurer la hauteur. Une équipe internationale menée par le LOPS a proposé une nouvelle méthode d’analyse des images radar à synthèse d’ouverture, en particulier de celles fournies par les satellites Sentinel 1A/1B de l’Agence spatiale européenne (ESA), visant à mesurer la hauteur des vagues se propageant sous la glace et en eau libre. Tant que la scène vue par le radar à synthèse d’ouverture est figée, les images qu’il fournit ressemblent à des photographies. En revanche, tout mouvement d’un objet au moment de la prise d’image se traduit par une position déplacée de cet objet, dans la direction de vol du satellite...

Lire la suite sur le site du CNRS-INSU