Non, le nombre d’ours polaires n’est pas en augmentation

Publié le 12.08.2019 - Article de Théo Mercadier du 19/06/2019 dans Le Monde

Plusieurs sites reprennent une étude controversée sur les populations d’ursidés pour remettre en cause le changement climatique

« La population mondiale d’ours polaires est plus importante qu’on ne le pensait, elle est même en augmentation ». Ce postulat à rebours du consensus scientifique est régulièrement partagé sur des sites connus pour leurs positions climatosceptiques, qui utilisent la supposée bonne santé des ours polaires pour remettre en cause le réchauffement climatique.

On le retrouve notamment sur des sites américains climatosceptiques à forte audience comme Climate Depot, Watts Up With That, No Tricks Zone ou encore sur la page du think tank The Global Warming Policy Foundation, qui conteste régulièrement la réalité du réchauffement climatique. Et en France aussi, avec par exemple un article du site Reinformation.tv.

Toutes ces publications renvoient vers une seule source : le blog Polar Bear Science de Susan Crockford, une zoologiste dont les écrits sont régulièrement contestés par la communauté scientifique.

POURQUOI C’EST FAUX

Une estimation quasi impossible

Il est très compliqué, voire virtuellement impossible, de connaître le nombre exact d’ours polaires sur Terre. Cela est dû à leur faible nombre et à leur répartition sur des territoires aussi vastes qu’éloignés. Susan Crockford le reconnaît d’ailleurs : « Cela fait longtemps que les spécialistes ont abandonné l’idée d’un décompte global exact (…). Alors je l’ai fait pour eux ». L’auteure avance donc sa propre estimation, non sourcée : il y aurait « entre 26 000 et 58 000 ours polaires », mais elle estime que le nombre d’individus tournerait probablement autour de « 39 000 ».

Rien ne permet de le prouver. On compte dans les contrées septentrionales du globe dix-neuf sous-groupes d’ours polaires. L’agence américaine de sauvegarde de la nature, l’International Union for Conservation of Nature (IUCN), a établi une estimation qui s’appuie sur des relevés éloignés dans le temps. Chaque sous-groupe d’ours a été étudié, mais pour des périodes qui s’étalent sur vingt ans, la plus ancienne estimation datant de 1997.

D’après cet institut, il y avait environ 26 000 ours polaires sur Terre en 2016, une estimation que l’agence décrit elle-même comme « s’appuyant sur des données incomplètes ».

La certitude d’un déclin à venir

Un rapport douteux est à l’origine de la théorie qui voudrait que la population d’ours polaires soit en augmentation : « leur nombre a continué d’augmenter depuis 2005 », peut-on lire en préambule.

Mais sous ses atours sérieux, ce texte n’a jamais été validé par la communauté scientifique. Il s’agit en fait d’un papier publié par Susan Crockford et réalisé pour le compte de The Global Warming Policy Foundation...

Lire la suite sur MSN