Nouvelle étude bibliométrique de la littérature scientifique sur la recherche polaire

Publié le 28.07.2010

Cette analyse bibliométrique de la littérature scientifique internationale vise à donner un éclairage sur les thématiques et les pays impliqués dans la recherche polaire durant la quatrième Année polaire internationale.

L’Année polaire internationale (API), qui s’est déroulée de mars 2007 à mars 2009, a permis de rassembler près de 50 000 chercheurs issus de 60 pays différents. Les 200 projets scientifiques menés dans ce cadre ont généré de nouvelles connaissances et la publication de résultats scientifiques dans la littérature internationale.

Dans cette étude, nous allons tenter de rendre compte de la recherche menée aux pôles durant ces trois années à partir d’analyses statistiques appliquées aux données bibliographiques. Cette approche dite bibliométrique [1], basée sur les publications, consiste à analyser des corpus documentaires afin d’évaluer l’activité des producteurs d’information scientifique d’un point de vue quantitatif : pays d’affiliation des auteurs, zones polaires étudiées, journaux et domaines scientifiques concernés par ces recherches.

 1. Corpus documentaires et méthodologie

Les références bibliographiques sont issues de l’interrogation du Web of Science, un produit développé par Thomson Scientific - ISI. Il couvre tous les domaines de la science et rassemble plusieurs dizaines de millions de références.

Cinq bases de données ont été interrogées sur les années 2007-2009 :

  • Science Citation Index Expanded (SCI-EXPANDED)
  • Social Sciences Citation Index (SSCI)
  • Arts & Humanities Citation Index (A&HCI)
  • Conference Proceedings Citation Index- Science (CPCI-S)
  • Conference Proceedings Citation Index- Social Science & Humanities (CPCI-SSH)

Pour chacun des corpus "Arctique" et "Antarctique", les recherches de documents ont été réalisées à l’aide de termes géographiques (noms de régions, îles, mers, massifs montagneux, glaciers, formations géologiques diverses, etc. ) et du nom des ethnies pour le domaine des sciences humaines.

Les deux corpus documentaires regroupent 18 741 références réparties comme suit : 13 238 références bibliographiques sur l’Arctique et 5 232 références bibliographiques sur l’Antarctique.

 2. Répartition par revue scientifique

Pôle Nord

Les 13 238 références bibliographiques sont issues de plus de 2 000 revues dont les 10 premières sont classées par ordre de fréquence décroissante :

Pôle Sud

Les 5 232 références bibliographiques sont issues de plus de 800 revues dont les 10 premières sont classées par ordre de fréquence décroissante :

 3. Les pays acteurs de la recherche scientifique

Pôle Nord

Les équipes de chercheurs qui ont publié, au cours des trois dernières années, les résultats de leur recherche sur les régions arctiques et subarctiques sont issues de 120 pays.

Entre 2007 et 2009, sur les 13 238 publications scientifiques recensées sur l’Arctique et la région subarctique, 13 142 comportent les adresses des laboratoires des chercheurs (0,7% ne contiennent pas ces données). Les 10 premiers pays d’affiliation des auteurs sont classés par ordre de fréquence décroissante :

Les Etats-Unis montrent leur forte implication dans les recherches menées au pôle Nord et représentent le quart des pays d’affiliation des auteurs.
Suivent le Canada (11%) et les autres pays européens ayant des territoires importants en Arctique tels que la Russie (8%). Avec une participation à 6% des publications, le Royaume-Uni, la Norvège et l’Allemagne font partie aussi des principaux acteurs de la recherche en Arctique.
La Suède et la France occupent respectivement les 7e et 8e places avec une participation à 3 % des articles scientifiques, juste devant le Danemark et le Japon, puis viennent les autres pays avec moins de 2% des publications. L’Islande, la Chine et la Finlande arrivent ensuite. L’Italie est peu présente en Arctique, alors qu’elle l’est beaucoup plus en Antarctique.

Pôle Sud

Les équipes de chercheurs qui ont publié, au cours des trois dernières années, les résultats scientifiques sur les régions antarctiques et subantarctiques sont issues de 90 pays. Sur les 5 232 publications scientifiques recensées, plus de 99% comportent les adresses des laboratoires d’origine des chercheurs.

Les 10 premiers pays d’affiliation des auteurs sont classés par ordre de fréquence décroissante :

Les Etats-Unis sont toujours en première place, avec 19% des publications, suivis du Royaume-Uni (10%) puis de l’Allemagne et de l’Australie (respectivement 8% et 7%). La France arrive en 5e place avec 6% des publications suivie de l’Italie et du Japon (4%) ; Viennent ensuite la Chine, le Canada et la Nouvelle-Zélande.

 4. Les thèmes de la recherche scientifique

Les références bibliographiques ont été ventilées selon les domaines du WOS appelés Subject area. Les thématiques proches ont été regroupées (pour plus de détails voir l’exemple sur l’Antarctique dans le document joint).

Pôle Nord

Parmi les thématiques étudiées en Arctique se détachent principalement :

  • Les géosciences : 43% des publications en Arctique concernent les sciences de la terre avec une prépondérance pour la géologie et la géophysique et les sciences atmosphériques et la météorologie.
  • La biologie : 20% des publications concernent la biologie avec principalement la biologie marine et d’eau douce et la pêcherie,
  • L’écologie et les sciences de l’environnement (19 %),
  • La médecine et la santé (6 %), ainsi que les sciences humaines (4%) : sociologie, relations internationales, linguistique, psychologie, histoire, etc.,
  • Les technologies (divers domaines techniques réunis), puis les autres disciplines telles que la physique-chimie et enfin l’astronomie sont minoritaires.

Pôle Sud

Parmi les thématiques étudiées en Antarctique, on note :

  • Les géosciences : 44% des publications en Antarctique concernent les géosciences avec une part importante consacrée à l’océanographie et aux sciences atmosphériques,
  • La biologie : 21% des publications concernent la biologie, dont la biologie marine et d’eau douce, la biochimie et la biologie moléculaire,
  • L’écologie et les sciences de l’environnement (19 %) avec une part importante touchant la conservation et la biodiversité,
  • Les autres disciplines, principalement les sciences physiques et chimiques avec 9 % des publications,
  • Les technologies (3%), la médecine et la santé (2 %), puis l’astronomie et enfin les sciences humaines qui ne représentent plus que 1% des publications en Antarctique.

  5. Evolution des thèmes de la recherche scientifique aux pôles depuis 1987

La répartition des principales thématiques de recherche parues dans les publications depuis 1987 reste quasiment inchangée pour :

  • Les géosciences où on remarque que, en Antarctique comme en Arctique, une part importante des publications scientifiques relève du domaine météorologie-sciences atmosphériques.
  • La biologie où une partie significative des publications est consacrée à l’écologie, en particulier à la conservation et à la biodiversité en Antarctique et à la pêcherie en Arctique.

Pendant la période de l’API, les publications ont, toutes proportions gardées, légèrement augmenté pour les domaines Médecine et Sciences humaines et sociales en Arctique et en Antarctique, alors que la part de la recherche en astronomie a diminué au pôle Sud. Cette diminution pourrait s’expliquer par un biais dans le classement par domaine [2]. Ainsi les articles d’astronomie [3] ne seraient pas tous catégorisés dans le domaine ISI de l’Astronomie-Astrophysique, mais par exemple dans le domaine Instrument-Instrumentation pour les instruments optiques d’astronomie installés en Antarctique, dans le domaine Géosciences pour les météorites antarctiques, ou encore dans le domaine de la physique des particules pour la recherche sur les neutrinos en Antarctique.

Cette étude bibliométrique ne reflète pas encore toutes les publications liées aux campagnes scientifiques suscitées par l’Année polaire internationale 2007-2009, car certains résultats sont parus au cours de l’année 2010 [4] ou sont en cours de publication.

[1]Voir à ce sujet : Acteurs, tendances et thèmes : introduction à la bibliométrie.

[2]Dans la précédente étude bibliométrique sur vingt ans, les articles d’astronomie avaient été catégorisés manuellement.

[3]Voir l’article : Pourquoi aller faire de l’astronomie en Antarctique ?

[4]Par exemple, le numéro spécial des Annals of Glaciology portant sur le thème Glaciology in the International Polar Year vient de paraître en 2010.