Nuage stratosphérique polaire

Publié le 15.05.2014

Vaste nuage se formant l’hiver à très basse température dans la stratosphère des régions polaires et parfois subpolaires.

JPEG - 943.4 ko
Irisations à la surface de nuages stratosphériques polaires
Crédit photo : Florentin-m
Certains droits réservés : Licence de documentation libre GNU

Ces nuages, semblables à des cirrus ou à des altocumulus lenticularis, se développent à une altitude de 15 000 à 30 000 mètres d’altitude, si la température de l’air stratosphérique descend en deçà d’une température seuil :

  • de -78 °C pour les nuages stratosphériques polaires de type I ;
  • de -83 °C pour les nuages stratosphériques polaires de type II.

Ces derniers, constitués exclusivement de cristaux de glace, prennent souvent l’aspect de nuages nacrés, présentant des irisations très prononcées similaires à celles de la nacre, particulièrement lorsque le Soleil se trouve à quelques degrés (de 1 à 6 degrés) au-dessous de l’horizon, c’est-à-dire juste après le coucher du Soleil.

Les nuages stratosphériques polaires sont observés aux pôles, principalement en Antarctique - où ils apparaissent plus fréquemment qu’en Arctique, en raison de la température extrêmement basse de l’air emprisonné dans le vortex polaire de vents qui s’y forme lorsque débute la nuit polaire -, parfois dans les zones de haute latitude d’Alaska, du Canada et du Nord de l’Europe (Scandinavie, Islande), beaucoup plus rarement à des latitudes plus basses.