Ouverture de l’Arctic Energy Office sur le campus de l’Université de Fairbanks, Alaska, et structuration des priorités scientifiques américaines en Arctique

Publié le 16.11.2020 - Article de Stéphane Raud et Julien Bolard du 03/11/2020 dans la lettre d'information de la Mission pour la Science et la Technologie de l'Ambassade de France aux Etats-Unis

L’Alaska, porte d’entrée américaine sur l’Arctique, fait l’objet d’un intérêt croissant de la part de l’État fédéral qui s’attelle à y structurer et à consolider un ensemble de projets industriels et scientifiques. La région, riche en ressources naturelles, est aussi hautement stratégique sur le plan de la sécurité intérieure alors que se développe un jeu de relations internationales de plus en plus complexe

Dans le contexte actuel de l’élection présidentielle américaine, l’Arctique ne semble pas faire partie du coeur du débat politique. Pourtant, plusieurs initiatives ont été menées ces dernières années et plus récemment avec l’objectif de structurer la présence américaine en Arctique via l’Alaska. Ces initiatives comportent des axes économiques, industriels et militaires qui s’appuient majoritairement sur des études et analyses scientifiques. Signe de l’intérêt croissant de l’administration Trump, la Maison Blanche a publié le 9 juin 2020 un Executive Order intitulé Memorandum on Safeguarding U.S. National Interests in the Arctic and Antarctic Régions dont l’objet est l’évaluation des capacités d’intervention dans les régions polaires et des perspectives d’investissements, notamment en navires brise-glace, pour le renforcement de la présence américaine.

La réouverture de l’Arctic Energy Office au sein du Département de l’Énergie (DoE)

Le jeudi 17 septembre 2020, le Département de l’Énergie (DoE) américain a annoncé l’ouverture du Arctic Energy Office sur le campus de l’université de Fairbanks, Alaska, un bureau dont la mission sera de coordonner les activités actuelles du département en Alaska et le développement de nouveaux projets scientifiques. Ces actions couvrent un ensemble de thématiques en lien avec la mission du DoE : exploration de gisement d’hydrate de méthane, recherche en génie électrique et énergies renouvelables, ainsi que le développement des technologies nucléaires de nouveaux réacteurs modulaires (Small Modular Reactor), tout en affichant une volonté de coopération internationale. Il s’agira d’agréger un ensemble d’activités de recherche et développement pour l’instant ventilées au sein de plusieurs directions du DoE, telles que l’Office of Science, l’Office of Electricity, et l’Office of Fossil Energy qui en assure la majeure partie des travaux via le National Energy Technology Laboratory.

L’ouverture de l’Arctic Energy Office avait été annoncée dès septembre 2019 par le Secrétaire à l’Énergie Dan Brouillette qui en avait fait une de ses priorités de mandat. Il est important de souligner que l’Arctic Energy Office avait déjà été en fonctionnement jusqu’en 2001, date à laquelle le manque de financement avait engendré sa fermeture.

Selon le Secrétaire à l’Énergie Dan Brouillette qui s’est exprimé lors d’une audition au Sénat début mai, l’équipe de l’Arctic Energy Office serait composée de trois membres, devrait rapidement monter en puissance et disposerait d’un budget propre non précisé à ce stade. Le directeur par intérim, George Roe, est un scientifique de l’université de Fairbanks en Alaska qui rapportera directement au sous-Secrétaire à l’Énergie. Il possède une longue expérience dans le domaine de l’énergie qu’il a annoncé vouloir mettre à profit dans les divers projets énergétiques qui verront le jour sous son mandat.

Au-delà des enjeux scientifiques, l’intérêt grandissant des Etats-Unis pour l’Arctique inclut également les questions de sécurité intérieure et de relations internationales. C’est pourquoi le Département de l’Énergie précise sur son site internet que l’Arctic Energy Office devrait travailler en étroite collaboration avec d’autres départements, en particulier le Département de la Défense (DoD) ainsi que le Département d’État (DoS)...

Lire la suite sur la lettre d’information de la Mission pour la Science et la Technologie de l’Ambassade de France aux Etats-Unis