Polar Shadows : l’aventurière Caroline Côté au cercle polaire arctique

Publié le 09.02.2021 - Article d'Antoine Stab (Agence QMI) du 01/02/2021 sur TVA Nouvelles

C’est toute une aventure que s’apprête à relever l’aventurière québécoise Caroline Côté, avec son partenaire d’expédition Vincent Colliard

La cinéaste d’aventure et photographe originaire de Montréal, qui vit depuis août 2020 en Norvège, va tenter une traversée hivernale en ski du Svalbard, archipel norvégien situé dans l’océan Arctique, à l’est du Groenland.

Les deux aventuriers partiront ce lundi de la ville de Longyearbyen pour traverser l’ile principale de Spitzberg du nord au sud, avant de revenir à leur point de départ, en complète autonomie et sans utiliser de moyen motorisé.

Deux aventuriers aguerris

Caroline Côté, 34 ans, n’en est pas à sa première aventure. Cette coureuse d’ultramarathon en sentier a plusieurs expéditions à son curriculum vitæ, que ce soit en canot, en voilier, en vélo ou en ski nordique. Une aventurière parmi les plus prolifiques de ces dernières années au Québec, qui connaît très bien les aventures polaires, notamment avec plusieurs expéditions en Antarctique, comme XP Antarctik en 2014.

Fidèle à son métier de cinéaste, elle va filmer pendant son aventure afin d’en tirer un documentaire et ainsi parler de thématiques qui lui sont chères : le dépassement de soi, l’adaptation du corps aux conditions extrêmes ou encore les changements climatiques. Une équipe de production filmera également le duo avant et à la fin de l’expédition.

Vincent Colliard, 35 ans, n’est pas non plus un néophyte dans le domaine de l’aventure. Guide d’expédition, cet explorateur polaire professionnel français a initié, avec Børge Ousland, le projet Ice Legacy, une série d’expéditions visant à traverser les 20 plus grands glaciers de la planète pour documenter le dérèglement climatique et sensibiliser les gens à la protection de ces espaces vierges.

Les deux aventuriers devront utiliser de tout pour faire face aux défis physiques et mentaux qui les attendent : la nuit polaire, le froid, le vent glacial, le poids du traîneau – 150 kg dont 80 uniquement pour la nourriture –, mais aussi les ours polaires, très présents sur le terrain...

Lire la suite sur TVA Nouvelles