Suivi par satellite de trois jeunes narvals au Spitzberg

Publié le 12.08.2007

C’est Ă  l’occasion d’une campagne de marquage par balises satellites de baleines blanches, le long des cĂ´tes du Spitzberg, qu’une Ă©quipe de chercheurs norvĂ©giens et Ă©cossais, dirigĂ©e par le professeur Lydersen du Norwegian Polar Institute, a croisĂ© une troupe d’une centaine de narvals.

JPEG - 22.8 ko
Paysage de mer et de montagnes du Spitzberg en juin
© CNRS Photothèque / CRISCUOLO François
UPR9010 - CENTRE D’ECOLOGIE ET PHYSIOLOGIE ENERGETIQUES (CEPE), STRASBOURG

Le narval est une espèce totalement protĂ©gĂ©e au Spitzberg. Il y est très rarement observĂ© et peu de donnĂ©es sont disponibles sur son mode de vie. En effet les narvals vivent essentiellement le long des cĂ´tes du Groenland et du Canada. Les informations sur ces cĂ©tacĂ©s proviennent exclusivement de cette rĂ©gion oĂą leur nombre est estimĂ© Ă  35 000 individus. Durant leur mission, les scientifiques ont capturĂ© trois individus (une femelle et deux mâles), pour leur fixer des balises sur le dos et suivre les caractĂ©ristiques de leurs plongĂ©es pendant 46 jours. Avec 1 354 enregistrements, ils ont pu suivre leurs dĂ©placements le long des cĂ´tes du Spitzberg.

JPEG - 91.9 ko
Narval
Crédit photo chris.corwin
Certains droits rĂ©servĂ©s : Licence Creative Commons

Les narvals effectuent deux types de plongĂ©es :

  • les plongĂ©es rapides et profondes supĂ©rieures Ă  200 mètres, liĂ©es Ă  la recherche de la nourriture. La vitesse de plongĂ©e est en moyenne de 10 km/h (le record de vitesse de 17 km/heure). La profondeur moyenne est de 350 m (le maximum observĂ© dans cette Ă©tude Ă©tant de 546m) ;
  • les plongĂ©es près de la surface Ă  une profondeur moyenne de 50m, associĂ©es aux dĂ©placements de l’animal.

Les plongées durent en moyenne 5 à 6 minutes avec un maximum de 24 minutes pour une plongée profonde. Les informations obtenues correspondent à celles collectées au large du Groenland, où les records de plongée s’établissent à 1500 m. Le narval se nourrit de poissons, de crustacés (crevettes) et mollusques (calmars) vivant au fond de la mer. Si cette étude s’appuie sur un échantillon de petite taille, c’est la première fois que des données sur le narval sont enregistrées dans cette région.

Marie-Laure Masquilier , INIST-CNRS

Situer cette recherche