« The Terror » : rien que pour vos nerfs

Publié le 30.04.2020 - Présentation de Mathilde Cesbron du 09/04/2020 sur Le Point

Le suspense est quasi insoutenable dans cette fiction basée sur des faits historiques, véritable expédition cauchemar en plein désert de glace arctique

... Adapté d’un roman de Dan Simmons, inspiré d’une véritable histoire, The Terror reconstitue l’expédition de deux navires de la flotte anglaise, le HMS-Terror et le HMS-Erebus, partis en 1846 explorer le cercle polaire dans l’espoir d’y découvrir une nouvelle route maritime. Le livre et la fiction télévisée reprennent une partie des faits historiques : le commandant Sir John Franklin, le capitaine Francis Crozier (campé par l’incontournable Jared Harris) et ses hommes se retrouvent prisonniers des glaces arctiques. C’est le début du cauchemar pour tout l’équipage qui finira par mourir de froid, d’empoisonnement au plomb (présent dans les boîtes de conserve), de faim et de démence (ils se sont livrés au cannibalisme). Si les différentes recherches au fil des siècles ont permis de remonter grossièrement le fil de cette tragédie, il reste des zones d’ombre que Dan Simmons s’est empressé d’exploiter.

L’auteur de science-fiction et de romans horrifiques a enrichi cette histoire déjà sordide d’un élément surnaturel : un monstre rode dans ce désert de glace, une créature dont on ignore si elle est réelle ou issue de l’imagination des pauvres marins prisonniers de la banquise. Une chose est sûre : la bête est si menaçante et imprévisible qu’elle pousse l’équipage dans un délire nerveux qui les déshumanise à petit feu. Est-ce un ours ? Un chaman ? Un esprit envoyé par les Inuits pour se débarrasser de l’envahisseur blanc ? À vrai dire, peu importe. Cette créature n’est que le catalyseur des pulsions égoïstes et des conflits intérieurs qui rongent les 134 membres de l’équipage, désespérés de ne pouvoir être sauvés de leur errance, bloqués à 1 000 kilomètres de toute civilisation capable de les secourir.

L’Arctique, ce linceul

C’est d’abord un drame psychologique qui se joue. Dans la lutte pour leur survie, les marins en oublient qu’ils sont hommes. Ils redeviennent enfants, incapables de contrôler leurs peurs, se laissant submerger par leur imagination au point de croire à nouveau aux fantômes. Leur réflexe de se recroqueviller en position fœtale lors de chocs traumatiques en dit long sur la dégradation de leur mental. Ils se font également primaires et primates, prêts à sacrifier pour survivre. Certaines scènes atroces illustrent ce dont la nature humaine est capable lorsqu’elle est poussée dans ses retranchements les plus extrêmes.

Les sources d’angoisse ne viennent pas seulement du monstre non identifié, aussi cruel soit-il, ou de la bestialité des hommes, aussi pitoyable soit-elle, mais également de la banquise en elle-même. L’étendue spectrale de l’Arctique a été entièrement reconstituée en studio, en numérique. Une véritable prouesse ! D’abord louée pour sa beauté à couper le souffle, nec plus ultra du paysage libre et sans limites, vierge de toute présence colonisatrice, peuplée uniquement d’hommes qui respectent la terre et d’animaux qui y sont rois, elle devient au fil des épisodes le linceul qui étouffe l’équipage et fait disparaître sa trace...

Lire la présentation dans son intégralité et voir la bande-annonce de la série sur Le Point

Voir aussi l’actualité publiée antérieurement sur notre site, fondée sur un article du 31/08/2019 (par AFP) paru sur Le Figaro et intitulé : "Des images inédites de l’intérieur du HMS Terror, épave mythique engloutie dans l’Arctique"