Tradition et modernité en psychiatrie chez les Saami

Publié le 23.05.2008

L’histoire des peuples Saami et celle de leurs formes traditionnelles de guérison, fondées sur le chamanisme, sont étroitement liées. Bien que d’importants éléments de cette tradition soient maintenant perdus, certains aspects en ont été préservés.

Deux chercheurs norvégiens ont étudié le recours par les patients psychiatriques Saami [1] aux modalités de guérison traditionnelles et complémentaires [2] dans le nord de la Norvège. L’étude a été menée dans les régions multiculturelles du Finnmark et du Nord-Troms. A l’intérieur des terres, la culture et le langage Saami sont bien préservés, alors que dans les régions côtières, Saami et Norvégiens vivent ensemble et se sont mêlés depuis des générations. De ce fait, les différences culturelles y sont moins marquées.

JPEG - 52.2 ko
Tambour traditionnel Saami
Dans la culture Saami, le tambour est souvent utilisé dans les rituels chamaniques. L’association de symboles traditionnels et chrétiens témoigne de l’intégration de pratiques occidentales.
Source : Saami culture by Gusto (Ken Emerson Jr.)

La culture des Saami est fondée sur le chamanisme, qui repose sur la croyance en la possibilité d’entrer en communication avec les esprits. L’opération se fait par l’intermédiaire du chamane, plongé dans un état de transe, le plus souvent dans le but de guérir une maladie. Malgré la christianisation à laquelle ces peuples ont été soumis, et l’occidentalisation de leur mode de vie, beaucoup d’aspects de la médecine et des pratiques traditionnelles de guérison sont encore utilisés chez les Saami. Les récits et systèmes de croyances qui leur procurent un fondement culturel solide sont maintenus vivants au sein de la communauté.

La guérison traditionnelle peut comporter des remèdes à base de plantes médicinales. Elle s’appuie, le plus souvent de nos jours, sur l’imposition des mains ou la récitation de versets particuliers censés avoir un fort pouvoir de guérison. L’utilisation de ces versets, qui ont leur origine dans la tradition chrétienne, est une pratique locale appelée "laesing", mot islandais qui signifie "lecture". Les capacités du guérisseur sont considérées comme transmises, au sein de certaines lignées familiales, et les versets sont uniquement révélés à un membre de la famille, ou à un successeur choisi. Les traitements sont habituellement dispensés dans un cadre domestique, bien qu’actuellement une forme de guérison à distance soit pratiquée. Le guérisseur, appelé par téléphone, récite plus tard les versets pour le patient. La guérison traditionnelle est, de plus, influencée par une large gamme d’autres pratiques traditionnelles et complémentaires, telles que la médecine traditionnelle chinoise.

Dans d’autres régions du monde, la médecine traditionnelle est utilisée pour le traitement des malades mentaux, le succès de ces méthodes étant attribué au fait que ces techniques sont liées aux références culturelles propres du patient, on parle alors d’ethnopsychiatrie. Ainsi les Amérindiens et les autochtones d’Alaska ont préservé et revivifié un certain nombre de ces pratiques, et les ont appliquées au traitement des problèmes liés à l’alcoolisme.

JPEG - 86.7 ko
Un chamane saami avec son tambour magique
Source : Wikimedia Commons

Ce processus de renouveau des traditions ou rites de guérison ne s’est pas produit chez les Saami, malgré une initiative nationale pour développer des soins appropriés à cette population. Aujourd’hui, la principale méthode de traitement dans les centres psychiatriques norvégiens est la psychothérapie occidentale, le plus souvent associée à un traitement pharmacologique. Un plan national a encouragé la coopération entre les professionnels de santé norvégiens et les guérisseurs traditionnels Saami. Mais, bien que ce plan ait été mis en route il y a plus de dix ans, il n’y a toujours pas de coopération formalisée entre ces traditions.

Le résultat le plus significatif de l’enquête menée par les auteurs est que les patients ayant un sentiment fort d’appartenance à la culture Saami ont plus souvent recours aux traitements traditionnels et complémentaires. Les modalités de guérison utilisées sont le plus souvent propres aux traditions Saami. Elles sont associées à des valeurs de spiritualité, et s’accompagnent d’une moindre satisfaction envers les services psychiatriques. Les patients norvégiens qui ont également recours à la médecine traditionnelle et complémentaire sont peu satisfaits des services psychiatriques, mais évaluent la relation au psychiatre thérapeute satisfaisante, contrairement aux patients Saami.

Cette dichotomie entre médecine occidentale et traditionnelle reste un enjeu pour mener à bien le traitement des maladies psychiatriques chez les Saami.

Laurent Panes, INIST-CNRS

[1]Les Saami sont aussi appelés Lapons. Pour plus d’informations sur ces peuples, voir l’article sur Wikipédia.

[2]Selon les définitions de l’Organisation Mondiale de la Santé, la médecine et la guérison traditionnelles sont des pratiques et des croyances de santé associées à une tradition dans une culture locale, alors que la médecine complémentaire en constitue une adaptation aux pays industrialisés.

Situer cette recherche